Voyage à Sainte Marie

Bien moins fréquentée que sa grande soeur Nosy Bé, l’île de Sainte-Marie, située à proximité de la côte Ouest de Madagascar, intrigue par sa nature et son histoire exubérante. Repère prisé des pirates et autres flibustiers aux XVII et XVIIIe siècle, l’île possède de très nombreuses criques et plages de sable blanc, protégées par un récif corallien. Une île au charme authentique, entourée d’îlots sauvages, à découvrir en jouissant du confort et de l’accueil du Princesse Bora Lodge, l’un des meilleurs hôtels de Madagascar.



Voyage à Sainte Marie
Imaginer Sainte-Marie est simple : il suffit de penser à un somptueux jardin exotique aux verts intenses, scintillant dans la lumière éclatante du soleil, après une averse tropicale, assez courante de ce côté de Madagascar. En se promenant dans cette nature en constant éveil, les lémuriens et oiseaux exotiques se laissent apercevoir facilement. Les fonds marins ne sont pas en reste et offrent un spectacle d’une magnifique diversité. Pour parcourir les 57 km de route et de pistes qui sillonnent l’île dans sa longueur, les promeneurs peuvent opter, selon leurs goûts, pour le vélo, la moto ou le quad, qui leur permettront de goûter à la douceur de vivre locale en visitant les petits villages pittoresques qui jalonnent l’île. Et, tout autour de Sainte-Marie, se succèdent criques désertes et magnifiques lagons bleus turquoise bordés par la blancheur des plages de sable fin.

Une histoire de pirates
Sainte-Marie est le décor de nombreuses légendes et histoires de pirates. A la grande époque des voies commerciales par le Cap de Bonne Espérance, ces brigands mythiques avaient choisi comme refuge cette petite île de l’Océan Indien, idéalement située pour partir à l’assaut des navires marchands et dissimuler leur butin le long de sa côte découpée. Il est possible de suivre leurs traces en visitant le cimetière des pirates et l’île aux Forbans, émouvants témoignages qui ne manqueront pas d’alimenter l’imagination de ceux qui partent à la découverte des multiples criques
sauvages de Sainte-Marie.

A la rencontre des baleines à bosse
Ces énormes cétacés offrent chaque année un spectacle unique et émouvant à Sainte-Marie, l’un des lieux privilégiés du globe pour leur observation. De début juillet à fin septembre, les baleines à bosse remontent de l’Antarctique pour venir se réfugier dans les eaux chaudes et calmes du canal entre Sainte-Marie et Madagascar, afin de s’accoupler et mettre bas. La géographie des lieux alliée au grand nombre d’individus permet une observation optimale lors d’une promenade en bateau. Les plongeurs auront pour leur part la chance de vivre un moment unique : découvrir la beauté des fonds marins au son du chant troublant des baleines.

Une escale de Princesse
Pour partir à la découverte de ce petit paradis, le Princesse Bora Lodge a bien des atouts à proposer : bien situé, agréable, de petite taille mais surtout géré avec dynamisme et passion par son propriétaire, François-Xavier Mayer dont la famille habite l’île depuis plus de 200 ans. Situées sur la côte Est de l’île, ses 20 villas décorées de bois de palissandre sont nichées au cœur d’une cocoteraie en bordure de lagon. L’hôtel propose de très nombreuses activités pour tous les âges : snorkeling, kayak, randonnée à vélo… ainsi que des expériences inoubliables, telles qu’une excursion sur les îlots environnants, une expédition à la rencontre des baleines ou encore un survol de l’île. L’hôtel possède également un spa de grande qualité, le Moments Jungle Spa, parfait pour se délasser entre deux découvertes. Au programme : massages, soins du corps ou encore bains aromatiques à base d’essences locales.

Voyage à Sainte Marie
Pratique
Partir à Sainte Marie au Princesse Bora Lodge avec Voyage inédit, un jeune tour opérateur proposant des voyages individuels sur mesure.
A partir de 1745 € par personne pour un séjour de 9 jours/ 7 nuits au Princesse Bora Lodge en villa confort en demi-pension, avec vols internationaux et intérieurs inclus. Prix "à partir de", pour tout départ avant le 16/12/11.

Jeudi 29 Septembre 2011
pub
pub