Vienne ouvre le bal

Chaque année, tout au long de la période du Carnaval, les bals rythment la vie nocturne de Vienne. Tous les corps de métiers, associations, corporations, pourvoient au maintien des traditions en organisant chacun leur propre bal dans les plus belles salles de la ville : le Musikverein, l’Opéra, le Konzerthaus ou la Hofburg pour les plus prestigieux, en constituent le cadre.



Vienne ouvre le bal
On peut ainsi assister au Bal de la Philharmonie de Vienne, au Bal des Officiers, au Bal des Pharmaciens, à celui des Juristes, des Cafetiers, des Chasseurs, des Magiciens, des Fleuristes, des Médecins, des Bonbons…

Le bal des Cafetiers est l’un des bals les plus prisés des Viennois, qui y voient un Bal de l’Opéra en miniature : une notoriété qui lui vaut d’investir l’intégralité du Palais impérial, y compris les « Redoutensäle » fraîchement rénovées et l’élégant salon sous les combles en balcon sur la Vienne nocturne. Avec ses quelque 5 000 participants, le bal des Cafetiers n’a rien à envier, en effet, à son illustre rival en magnificence.

Son programme d’ouverture, avec les débutantes à la fragile élégance, initiées des mois durant dans les écoles de danse, et l’impressionnante exhibition du corps de ballet de l’Opéra national accompagné par l’orchestre de bal de l’Opéra soutient sans conteste la comparaison.

Austro Pauli, spécialiste de l’Autriche sacrifie à la tradition en programmant le bal des Cafetiers autour d’un séjour qui permet une découverte résolument impériale de la ville de Vienne et de la Forêt Viennoise, avec notamment la visite des appartements impériaux de la Hofburg et du nouveau musée Sissi.


Pratique

Forfait vols réguliers Air France ou Austrian
Y compris : les transferts, l’hébergement en hôtel**** en pension complète, les visites prévues au programme et la participation au bal des Cafetiers.

1 044 € + taxes au départ de Paris, 1 134 € + taxes au départ de Lyon
1 123 € + taxes au départ des autres villes

Austro Pauli
Tel : 0 826 803 303
Site Internet : www.voyages-de-marques.fr

Vendredi 15 Décembre 2006
pub
pub