Vacances : l'art de se faire la valise

Par Anne Marie Cattelain le Du



Traîner, porter…rouler. La première qualité d’une valise lorsqu’on se déplace souvent c’est de s’adapter à vous et non le contraire. Pour ne froisser ni vos muscles ni vos vêtements.




Vacances : l'art de se faire la valise
Impossible, même pour un court trajet, dès que l’on emprunte les transports en commun, avion, train, hélicoptère de se passer d’une valise, plus ou moins grande. D’autant que dorénavant la femme et l’homme d’affaires partent quasiment avec leur bureau comme compagnon: ordinateur portable, téléphone portable, organisateur, trousses pour stylo, maquillage, porte-cartes, etc, etc. Instruments qui nécessitent d’être protégés, dissimulés.

Les critères essentiels pour adopter le bon modèle :

  • privilégier la maniabilité
  • limiter le nombre de bagages, inutile de ressembler à un âne bâté, mains, épaules chargées
  • concilier rigidité et solidité.


>>> Maniabilité : magique la 4X4

Vacances : l'art de se faire la valise
Oui, les VTT, Valises Tout Terrain, existent, dans toutes les tailles, toutes les matières. Les essayer c’est les adopter, à coup sûr. A l’opposé des modèles dits trolley, elles ne vous suivent pas comme un petit chien dans votre dos. Bien campées sur leur quatre roues motrices, vous les poussez devant, à côté de vous, au choix, quasi d’un doigt, sans aucun effort, évitant d’écraser à chaque instant un pied, de heurter bêtement un panneau de signalisation, d’accrocher une plante verte, de renverser un enfant!

Elles amorcent les virages, les pentes, en douceur, pivotant sur elles-mêmes. Et se prêtent avec grâce et quasi légèreté à l’escalade des escaliers. Actuelles, elles sont jolies, dessinées avec soin. Leurs propriétaires, affichant un telle aisance dans leur maniement, suscitent l’intérêt et l’envie.

Toutes les marques classiques allient ce système à un look étudié. Parfaite la Samsonite Black Label, La Delsey Prestige Carisma Hard, ou l’Ego Light. Ce sont des bijoux. Comme tous les « outils » technologiques leur prix est à la hauteur de leur qualité, comptez au minimum 300 € pour un modèle à la fois solide, fiable et beau, souvent garanti 10 ans. C’est dire !



>>> Multifonctions : extra les kangourous

Vacances : l'art de se faire la valise
Prenant en compte les comportements et les attentes des personnes, de plus en plus nombreuses, vivant leur ordinateur et autre « greffés » à leur corps, souhaitant dans un espace le plus réduit possible caser quelques vêtements, des bouquins mais aussi des catalogues, des échantillons etc, les fabricants développent des gammes baptisées « Voyages d’affaires » très astucieuses. Avec des housses, des poches amovibles, ou « scratchables ».

Pour un déplacement moyenne ou longue durée, l’intérieur dispose d’une housse vêtements avec cintre détachable pour la pendre en arrivant, d’une housse chemises, d’une housse pour les chaussures, d’un porte-documents zippé, d’un étui renforcé pour ordinateur, la ligne File de Mandarina Duck pensée pour le voyage léger, malin. Tout se combine, s’accroche, se décroche. A partir de 140 €, (http://shop.mandarinaduck.com/fr). Parfait également le trolley d’affaire multifonctions de Davidt’s, en nylon avec des tas de poches, un étui renforcé pour ordinateur et des roues rétractables, pour le caser dans les porte-bagages et plus facilement dans le coffre des voitures. Plus classique mais fonctionnel le Trolley Business de Delsey avec une sacoche matelassée pour le précieux ordinateur.

Pour les déplacements plus courts, même concept du tout en un mais aux dimensions cabine ; housse vêtements, multipoches, étui d’ordinateur. Avec des formats et des formes très variés : valises, sac sans ou avec roulettes, (attention ces modèles ont toujours tendance à s’avachir sur leurs roues et donc à traîner sur le sol) et même sac à dos chic, trendy ; trolley.

Notre top trois de la catégorie : le Trolley Bologne La Bagagerie, en nylon avec poignet rétractable, environ 160 €; Business Femme de Delsey en noir ou rouge avec 2 compartiments extensibles et 1 étui d’ ordinateur, env.170€, et l’incontournable Organisatrice de la Bagagerie, conçue réellement comme une petite commode mobile, à roulettes, avec des étagères de rangement , une poche ordinateur…


>>> Matières, formes, du solide

Vacances : l'art de se faire la valise
Une valise est soumise à rude épreuve. Quasi en permanence, même sédentaire. En voyage elle est manipulée sans tendresse, jetée, balancée, empilée, exposée à la pluie, au soleil, aux variations de température et climatiques, aux coups, aux chutes et même parfois aux cutter des voleurs. Rangée, elle affronte la poussière, l’humidité, les rongeurs, l’empilement aussi. Son matériau doit donc être résistant et léger. Oublier le cuir, lourd, sauf pour les petits formats, le tissu qui se déchire, le plastique qui se fend. Très bien : la toile enduite costaude, l’aluminium anodisé, le polypropylène. Miss Top Valise est semi-rigide, pour amortir les chocs, équipée de quatre roues, avec deux poignées pour la porter horizontalement, comme verticalement. La poignée verticale étant rétractable avec facilité. Elle est légère, moins de 2kg, de contenance moyenne ; trop grande, elle devient vite impotente.

La valise fait partie intégrante de la panoplie du vacancier. Elle apporte une ultime touche d’élégance ou au contraire nuit dangereusement au look le plus étudié. On pourrait presque lui appliquer l’adage détourné « un bon voyageur a toujours les bons bagages » !


La taille des bagages cabines

Vacances : l'art de se faire la valise
En Avion

Question concrète mais réponse pas si simple car quasiment toutes les compagnies aériennes possèdent leurs propres normes qu’elles appliquent avec plus ou moins de rigueur mais plutôt de façon stricte actuellement, même en classe Affaires. Sécurité oblige. La taille la plus courante est 56cm x45x25. Autre mode de calcul, la multiplication de ces trois données ne doit pas dépasser 115 cm. Le poids maximum, quant à lui est de 5kg. Juste avant les compteurs d’enregistrement, certaines compagnies disposent des « calibreurs » dans lesquels le passager est invité à déposer son bagage cabine pour voir s’il répond ou non aux critères.
Le plus sage est de se faire communiquer ces informations lors de l’achat du billet. En cas de refus d’embarquement, le bagage est mis en soute.

En TGV

Bien évidemment toutes les valises sont admises dans les voitures, à condition qu’elles soient sagement étiquetées et rangées dans les espaces prévus à cet effet. Or personne n’aime « abandonner » ses bagages sans surveillance, loin du regard car les vols ne sont pas rares. Des annonces pour avertir les voyageurs de la présence de voleurs sont même diffusées à intervalles réguliers sur les quais des plus grandes gares et dans les trains eux-mêmes. Bravo donc pour les nouveaux TGV designés par Christian Lacroix dont l’espace Bagages se trouvent au milieu de chaque voiture, visible de tous.
Attention les porte-bagages, l’espacement entre les sièges, même en première, sont de plus en plus riquiqui. Pensez qu’un sac ou une valise souple se « plie » mieux à ces exigences et se glisse mieux à vos pieds ou sous vos jambes, si besoin est.



Le sécuriser, le repérer

Préférer les coques rigides, les fermetures avec clé ou code, plutôt que les zip avec cadenas. Utiliser une sangle avec un code, double précaution contre la « violation » de vos biens et leur substitution. Non ce n’est pas une légende, l’appareil-photo, la montre de plongée, le foulard siglé, chipés dans le bagage et dont on note la disparition que lorsqu’on défait son sac ou sa valise sont des réalités. Veiller à ce qu’aucune bretelle ou sangle ne dépassent risquant de s’arracher sur les tapis roulants. Marquer tous vos bagages très lisiblement , sur un porte-adresse bien attaché. A plébisciter les bagages avec porte adresse intégré, inamovible.

Éviter le noir, le gris trop commun. Opter pour le bronze, le taupe , le bordeaux et pourquoi pas une couleur flashy. Placer de belles étiquettes côté pile et côté face, d’hôtels par exemple, cela ne nuit pas à l’esthétique et personnalise.



Les assurer contre le vol, la disparition

Certes les compagnies aériennes en cas de perte constatée, trois semaines en général après la date de déclaration, versent une somme forfaitaire, par kilo de bagage (noté sur le ticket d’enregistrement). Au maximum 1200 €, somme très vite atteinte puisqu’elle englobe contenant et contenu. Sur le ticket bagage est indiqué quelle convention s’applique en cas de perte. En général c’est celle dite de Montréal datant quand même de 1999. Et contrairement à ce que l’on croit, la compagnie aérienne, l’organisme de voyages n’ont pas à vous rembourser les sommes engagées lorsque votre valise n’est pas livrée au début de votre séjour, acheter l’indispensable pour « survivre ».

Pour être mieux remboursé, souscrire une assurance « perte de bagage » soit auprès du transporteur, soit auprès de votre assureur ou de celui de l’entreprise . Elle est parfois automatique lorsqu’on règle son billet avec certaines cartes de crédit.

Lundi 6 Juillet 2009
pub
pub