Une autre vision de l’été

En annonçant de mauvaises prévisions pour la saison d’été à venir (-10% par rapport à 2005), le Centre d’Etudes des Tours Opérateurs, le CETO, confirme implicitement les changements profonds dans les habitudes d’achats des consommateurs. On peut regretter que l’étude ne mène pas à l’anticipation car les tendances qui s’affirment aujourd’hui ne datent pas d’hier.



Dire que le prix n’est plus le seul élément à piloter le choix des vacances d’été est un euphémisme. S l’on regarde la plupart des études européennes ces deux dernières années, tous les postulants aux vacances affirment ne pas vouloir payer au prix fort leur semaine de soleil. On les comprend. Une République Dominicaine vendue trois à quatre fois plus chère en Juillet et Août, un Tunisie comme un Maroc à plus de 800 € la semaine en pleine saison … Il ne faut pas être devin pour dire qu’une famille de 4 ou 5 personnes n’a pas forcément les moyens des ses ambitions estivales. De fait, la dernière étude en date, publiée par KMP à Londres, donne une bonne idée de ce que sont pour beaucoup les vacances d’été : « Un regroupement familial, dans une grande maison pas trop chère, où chacun participe financièrement aux dépenses quotidiennes ». Et l’étude de préciser que pour 80% des européens, l’été doit rimer avec tranquillité, de préférence chez des amis ou de la famille.
On retrouve là les valeurs qui depuis deux ans battent tous les records dans l’esprit du grand public.
Et si on y ajoute que la Turquie et l’Egypte - deux destinations pas chères- sont boudées pour des raisons diverses, voilà sans doute les explications du retard des réservations.

Marcel Lévy
ml@vacancespratiques.com

Mercredi 14 Juin 2006


1.Posté par jp Simeon le 15/06/2006 08:33
Cher marcel, tu as l'air de déplorer qu'un séjour se vende 3 ou 4 fois plus cher en juillet et aout.
ne fais pas passer le tour opérator pour un ignoble profiteur. Tu sais pertinemment que ce n'est pas 3 ou 4 fois plus cher en vacances scolaires, mais environ 50% de plus, et que cela est le vrai prix.
Un séjour à 1300 €, quand l'avion en coute 550 en linéaire, l'hotel 300, les transferts, les frais commerciaux et de structure n'est pas de l'abus. L'anomalie est que les période creuses sont vendues à perte et amènent à croire que le vrai prix soit 500 € soit à peine le cout du billet d'avion.
Le discours équitable pour un fonctionnement durable serait : en juillet aout les prix sont nécessairement élevés, essayez de profiter de bonnes affaires en voyageant hors saison.

pub
pub