Romantisme à Saint-Tropez

La mer à l'horizon, le charme du village de Saint-Tropez hors saison, un prix promo spécial Saint-Valentin: voici trois bonnes raisons d'imaginer passer un week-end au Pan Pei Palais, la bonne adresse de la Côte d'Azur.



Romantisme à Saint-Tropez
Des murs du Pan Deï Palais s’échappent les parfums d’une magnifique histoire d’amour : celle de Bannu Pan Deï, jeune Princesse du Chambâ, et de Jean-François Allard, un général français natif de Saint-Tropez... Pour la Saint-Valentin, cette adresse secrète, calme et élégante - située au coeur de Saint-Tropez - est donc le lieu idéal pour exprimer ses sentiments en toute intimité. Et pour profiter pleinement de tous les attraits de cet hôtel magnifique, il existe des forfaits dédiés : chambres romantiques, bien-être absolu, dîners aux chandelles…

Exemples:
Douceur coloniale : 385 euros par nuit
(pour deux personnes, pour un minimum de 3 nuits)
- Hébergement en chambre Prestige
- Le petit déjeuner Pan Deï pour deux personnes
- Accès au hammam
- 1 massage par personne dans notre institut
- 1 dîner pour deux personnes (hors boisson)

Escapade indienne : 279 euros par nuit
(pour deux personnes, pour un minimum de 5 nuits)
- Hébergement en chambre classique
- Le petit déjeuner Pan Deï pour deux personnes
- Accès au Hammam
- 1 massage par personne dans notre institut
- 1 dîner pour deux personnes (hors boisson)
- 1 visite de cave viticole
- Le cadeau du Pan Deï Palais

L’hôtel Pan Deï Palais, composé de 12 chambres et exclusivement réservé à la clientèle en journée, offre une atmosphère véritablement intimiste et privée. Le soir, à partir de 19h, le lounge bar et le restaurant sont ouverts aux personnes extérieures.

52, rue Gambetta, 83990 Saint-Tropez - Tel : 04 94 17 71 71 - www.pandei.com
Jardin arboré, piscine chauffée, hammam et salle de massage.

L’histoire d’amour de la princesse Bannu Pan Deï et du Général Allard

Général français natif de Saint-Tropez, Jean-François Allard a survécu à Waterloo. En 1819, il quitte la France et met son expérience au service d’Abbas Mirza, prince héritier de la perse. Deux ans plus tard, il rejoint Lahore où le Maharadja Ranjit Singh lui donne pour missions d’assurer son indépendance contre les anglais et de conquérir des territoires. C’est alors qu’il croise la route de Bannu Pan Deï, en annexant la principauté de Chambâ et en assiégeant la forteresse où réside la jeune fille. Le général s’éprend de la jeune princesse et décide de l’installer dans son Palais de Lahore. Les noces, célébrées dans la tradition hindoue, dureront plus d’un mois. De cette union naîtront cinq enfants dont la dernière née, Félicie, verra le jour sur le chemin du retour en France, en 1835. Le Général Allard a en effet décidé d’installer sa famille sur sa terre natale, souhaitant également protéger sa jeune épouse du supplice du Sâti : une tradition religieuse qui veut que les veuves soient enterrées vivantes. Intuition, sagesse...
Le Général fait donc construire un beau bastidon provençal au coeur de Saint-Tropez. Leur retour est triomphal et le général fêté comme un héros national. C’est donc dans sa nouvelle résidence tropézienne qu’il épouse officiellement Bannu Pan Deï. Mais six mois plus tard, il doit quitter son paradis pour rejoindre Lahore et honorer sa mission auprès du Maharadja. Le 23 janvier 1839, lors d’une campagne contre les afghans, il est pris de malaises et meurt à Peshawar. C’est un choc terrible pour Bannu Pan Deï qui n’a que 25 ans. La princesse vivra jusqu’à 70 ans dans cette belle demeure construite par amour pour elle et ses cinq enfants. À sa servante Kashiri qui lui demande à quoi elle pense lors de ses longues marches solitaires, elle répondra simplement : « Je regarde la mer et j’attends Monsieur »..

Vendredi 8 Janvier 2010
pub
pub