Joindre le geste à la parole

Marre de bronzer idiot, autant bronzer utile ! C’est le cri du cœur d’un certain nombre de vacanciers qui décident, chaque année, de profiter de leurs vacances pour prêter main forte à des projets humanitaires ou environnementaux dans les pays en voie de développement.



Les organismes qui donnent accès à ces vacances d’un autre type sont aujourd’hui nombreux et, dans leur grande majorité, très « pros ». Séjours longues durées, véritables missions sur le terrain, hébergement dans des familles d’accueil, garantes d’une véritable immersion culturelle dans le pays… Tout est pensé pour optimiser l’utilité de la mission. Seul bémol dans tout ça : le prix. Car il faut payer pour effectuer ces missions. Un prix qui varie en moyenne entre 1500 et 3000 € selon la durée et le lieu du projet. La question qui se pose alors est légitime : pourquoi payer si je suis volontaire ? Pourquoi donner de l’argent alors que je donne déjà du temps et de l’énergie ? A ces questions, les réponses sont simples. Il faut payer d’abord et surtout pour les frais de vie du voyageur en mission mais également pour les équipes déjà sur place qui organisent et font vivre ces projets toute l’année, pour les frais d’administration de l’entreprise qui gère l’ensemble des pays aidées, pour le futur, enfin pour la mise en place de nouvelles missions de soutien, dans le même pays ou ailleurs dans le monde. Alors pour les récalcitrants, plus d’hésitation ! Ces vacances sont l’occasion de faire un don ou plutôt des dons : don de temps et don d’argent. Souvent, le jeu en vaut largement la chandelle.

Stéphanie Clément
scg@vacancespratiques.com

Ps : Pour ceux qui auraient envie de tenter l’expérience, un guide recense toutes les missions ouvertes cette année dans le monde. Partir Autrement aux Editions d’Héloise Wirth Villages Mondial.

Jeudi 15 Juin 2006
pub
pub