Je ne comprends pas tout

Si l’on en croit les derniers chiffres publiés par Mediametrie- Net Ratings, cinq sites de voyage cumulent à eux seuls, au premier trimestre 2006, près de 18 millions de visiteurs. Cinq sites « mastodontes » qui pour beaucoup réussissent le tour de force de développer leur chiffre d’affaires et le nombre de leurs clients tout en perdant de l’argent.
Etonnante et nouvelle vision de l’entreprise.



Ne demandez pas à la patronne d’Opodo, Petra Friedman, ce qui pousse son actionnaire à investir autant en Europe tout en sachant que le groupe perdra de l’argent cette année encore. La réponse miracle se nomme « parts de marché ». En faire et à tout prix. Vite, quelqu’en soit le coût ! Mais ne jetons pas la pierre à Opodo. Si Expedia gagne de l’argent sur les marchés anglo-saxons, la réussite est loin d’être la même dans les pays latins. France compris. En bref, le paradoxe économique est visible : engranger des clients en acceptant de ne pas gagner d’argent pendant quelques années… Un peu comme si un ménage dépensait l’argent qu’il na pas pour avoir un jour la chance d’être riche. Pour ces fameuses parts de marché.
El reste que si le net est monté vite, les observateurs spécialisés constatent que la concurrence acharné des groupes hôteliers et des compagnies aériennes oblige les vendeurs en ligne à se spécialiser dans le séjour complet, là ou les TO deviennent, eux aussi, de sérieux compétiteurs. Et les gourous de se demander : « N’a t-jon pas trop investi dans un outil d’aide à la consommation sans se soucier de la stratégie et du développement des affaires ».
Seule certitude, le net est un fantastique outil de voyage. Peu s’en passerait aujourd’hui.

Marcel Lévy
ml@vacancespratiques.com

Mardi 23 Mai 2006
pub
pub