Haro sur le baudet

Un petit séisme anime en ce moment le monde des professionnels du tourisme. Pensez donc : Thomas Cook fait signer aux voyageurs en partance pour la Réunion une décharge de responsabilité sur le thème « Vous êtes grand, vous savez les risques liés au Chikungunya, ne me reprochez pas ensuite d’être éventuellement malade à votre retour ». Bien sur, je reformule à ma manière ! Juste histoire de comprendre.



Au nom du politiquement correct (qui commence à sérieusement fatiguer), toute l’île s’est émue de cette situation en criant au scandale et en accusant Thomas Cook d’être la dernière lame du couperet. Celle qui fait le plus mal. Ce que les élus locaux oublient, c’est que Thomas Cook a été victime d’un client qui, piqué par la sale bête, voulait se retourner contre le distributeur. La porte aux abus ne peut pas s’ouvrir que dans un seul sens...
Vacances Pratiques étant un journal grand public qui défend les voyageurs avant tout, nous sommes convaincus que le beurre, l’argent du beurre et les atouts de la crémière ne sont pas, dans l’univers du voyage, les seules armes de discussion entre le client et les professionnels. A une époque où l’on voit fleurir sur le net des sites qui expliquent « Comment se faire rembourser systématiquement ses vacances en attaquant celui qui vous avez vendu le voyage », on se demande si ce mode d’emploi d’une escroquerie appuyée par des photos sorties de leur contexte… ne va pas conduire les TO et les distributeurs à se défendre eux aussi des mauvais coucheurs ?
Etre client ne veut pas dire être escroc. Etre TO ne veut pas dire être margoulin.

Marcel Lévy
ml@vacancespratiques.com

Jeudi 4 Mai 2006
pub
pub