vacances pratiques


Version imprimable

Wurst mon amour…




Les vacances sont pour beaucoup une période propice aux rencontres et à la découverte de nouvelles cultures. Mais quand une nationalité quelle qu’elle soit se retrouve trop fortement majoritaire sur un site touristique, tout le monde ne s’émerveille pas. Un choc des cultures qui survient parfois même entre les anglo-saxons eux-mêmes.

Un tribunal anglais vient de condamner le tour opérateur Thomson à verser 750 livres de dommages et intérêts à un touriste britannique fâché de la trop grande proportion de touristes allemands dans son hôtel en Grèce. Cet homme de 47 ans, qui aurait pu faire sienne cette phare de Woody Allen «Lorsque j’écoute du Wagner, j’ai envie d’envahir la Pologne»… s’était tout de même soulagé de 4000 livres pour emmener femme et enfants sur l’île de Cos. La petite famille, ne maîtrisant pas parfaitement les subtilités de la langue de Goethe, n’a malheureusement pas pu participer aux activités, organisées uniquement en allemand. David Barnish a donc porté l’affaire devant les tribunaux pour rupture de contrat, arguant qu’il n’avait pas été prévenu de la quasi-exclusivité de la clientèle teutonne dans l’établissement. Ce modèle d’ouverture a cru bon de préciser aux médias qu’il n’est en aucun cas raciste (!), et qu’il aurait été tout aussi désappointé de partager ses congés avec une telle quantité de Français. Don’t act… J’attaquerais moi aussi volontiers le voyagiste qui a organisé mes dernières vacances. Quel ne fut pas mon embarras de constater que l’immense majorité des clients de l’hôtel qui m’a reçu était grand, beau et avait bonne mine. Non contents de m’avoir fait passé pour un spécimen rare de pygmée albinos, toutes ces grandes personnes m’ont empêché de participer moi aussi aux activités, étant incapable de voir le moniteur et de suivre ses explications. Scandaleux.

Alexis Dufour
ad@vacancespratiques.com

Mercredi 4 Juin 2008