Vente en ligne, des signes inquiétants

La forte chute de l’action Expédia, le 12 mai dernier, marque pour les experts le début des premières difficultés pour les sociétés de vente de voyages en ligne.



Selon Bright Douwers, analyse financier américain spécialisé dans le tourisme, Expédia pourrait rapidement traverser l’une des crises les plus fortes de son histoire. Les raisons de cette inquiétude ? La concurrence de plus en plus rude des sites spécialisés dans le voyage et l’arrivée sur ce marché des professionnels eux-mêmes (hôtels, compagnies aériennes, tours opérateurs…) qui, eux aussi, utilisent le net pour commercialiser directement leurs invendus à des prix plus attractifs. Et pour rester dans le groupe de tête, une seule solution : investir très lourdement en publicité. Autant d’investissements qui pèsent sur les résultats et inquiètent la bourse.
Toujours selon Bright Douwers, l’avenir de la vente de voyage en ligne est loin d’être aussi rose que le pensent les opérateurs : « doubler ou tripler le nombre de ses clients ne veut pas dire augmenter ses marges dans la même proportion ». Et de conclure « si les Expedia et autres vendeurs doivent développer une production propre de voyages, le net devrait rapidement se frotter aux difficultés des voyagistes traditionnels ». D’autant que la tendance qui s’annonce va encore bousculer le marché : « demain, le client ira directement acheter son voyage à la source via des centrales d’achat, sorte de banques du voyage, qui prendront en compte les déboires éventuels des clients !

Marcel Lévy
ml@vacancespratiques.com

Mardi 16 Mai 2006
pub
pub