vacances pratiques


Version imprimable

Vacances d'été : attention aux marchands du temple qui veulent créer une fausse pénurie


Depuis quelques semaines, à grands coups de communiqués de presse, bon nombre d'opérateurs internet du voyage veulent nous laisser croire qu'en matière de vacances... Il n'y en aura pas pour tout le monde ! Les loueurs de voitures nous expliquent que le nombre de véhicules disponibles à la location est en chute libre, les responsables des clubs de vacances nous racontent -sous le sceau du secret- qu'ils n'ont jamais aussi bien vendu qu'en ce mois de juin et les loueurs de gîtes ou de maisons individuelles étalent des réussites extraordinaires. Tout cela pour nous convaincre d'aller vite pour choisir les dernières disponibilités.



Heureusement pour le consommateur, la réalité est toute autre. Il suffit de lire les derniers résultats publiés par les tour-opérateurs pour se rendre compte que l'offre reste encore forte et que le choix est toujours possible, même à la dernière minute. Bien sûr, et on comprend les professionnels, cette "dernière minute", à meilleur prix le plus souvent, réduit sérieusement les marges des voyagistes. Comme le mouvement de la décision en toute dernière seconde s'accentue ces dernières années, l'organisation des déplacements est de plus en plus difficile, l'industrie manque de visibilité et les tour-opérateurs nagent en plein brouillard. Mais la plupart des informations alarmistes proviennent principalement d'acteurs Internet qui, eux, ne produisent rien et ne font que racheter des séjours à ceux qui les conçoivent. Un grossiste en location de voitures qui crie partout que la pénurie est engagée oublie de vous dire qu'il constate désormais que ses fournisseurs se sont également lancés dans la bataille de la location à bon prix, en direct, et qu'ils viennent désormais le concurrencer sur son terrain.
Que faut-il alors en penser ? Rien de bien neuf si l'on est décidé à partir en vacances à la dernière minute et que le choix de la destination importe peu. Il restera beaucoup de place en Grèce, en Turquie, en Tunisie comme au Maroc, en Espagne comme en Italie voire même pour les long-courriers au Canada, aux États-Unis ou en Amérique du Sud. Bref, l'offre reste variée pour les vacanciers tardifs. Car au final, et on le constate tous les jours, ce ne sont pas les idées ni les destinations qui manquent mais principalement les finances ! Même si les Français ont décidé de rester en France, destination souvent plus chère que bien des pays du bassin méditerranéen, on trouvera toujours des opportunistes capables de sauter sur une offre alléchante de dernière minute pour, au final, de passer d'excellentes vacances. Aussi, face à ces campagnes de sensibilisation à la pénurie potentielle (je le répète, qui n'existe pas) il faut, comme au Poker menteur, garder la tête froide pour analyser au dernier moment les choix du marché. Bien sûr, pour tous ceux qui préparent depuis des mois leurs vacances sur une destination donnée, la dernière minute est hasardeuse pour ne pas dire risquée. Mais tout cela, les consommateurs maintenant le savent bien. Les prendre pour des imbéciles pourrait bien se retourner contre ceux qui veulent aujourd'hui les manipuler.

Anne Le Goff

Jeudi 24 Juin 2010