vacances pratiques


Version imprimable

Un contresens ?




Ca y est. La saison bat son plein dans les Caraïbes: arrivées du Canada, des Etats-Unis et même d’Europe, quelques 600 000 femmes esseulées cherchent à vivre, pendant quelques jours, des rencontres romantiques (ou musclées) avec des gigolos qui tarifent leurs services entre 50 et 160 $ la nuit. Pour les sexologues canadiens, cités par l’agence de presse russe Novosti, il est grand temps de revoir les idées reçues : il y aurait plus de femmes que d’hommes qui consomment du tourisme sexuel.

Trouver l’homme qui satisfera un séjour dans les Caraïbes n’est plus un parcours du combattant. Pratiquée dans les anciennes colonies anglaises depuis plus de dix ans, cette forme de vacances passe par les petites annonces des journaux britanniques sous la rubrique « foreign services ». Là, des dizaines d’accompagnateurs (comprenez, très impliqués personnellement) proposent leurs services en utilisant un langage plus qu’imagé mais clairement compréhensible. Exemple : « Andeo, beau noir de 25 ans, bien proportionné et bien équipé, 24 cm, propose aux voyageuses isolées un accompagnement sérieux d’une hygiène irréprochable (certificat médical) ».
Pour Kamala Kempadoo, professeur de sociologie à l'Université de Toronto : «Le tourisme sexuel féminin dans les Caraïbes continuera à se développer dans les années à venir du moment que le nombre de femmes célibataires et divorcées est en augmentation constante dans les pays industrialisés ». Des propos repris par Andrea Scola, une sociologue dominicaine qui ajoute que « Le sexe est devenu une valeur commerciale comme une autre en République Dominicaine qui fournit les gigolos les plus appréciés des Caraïbes » et de préciser «Il est grand temps d’officialiser ce type de tourisme pour éviter les hypocrisies et l’absence de contrôle médical ». Et Scola de préciser qu’il faut alors penser aux hommes pour leur trouver, toujours officiellement, des compagnes soumises et câlines pour leurs vacances.
A votre avis, faut-il sérieusement y penser ?

Marcel Lévy
ml@vacancespratiques.com

Dimanche 28 Janvier 2007