vacances pratiques


Version imprimable

Un bonheur de vidéos




Le film de vacances a toujours été considéré comme l’expression artistique du parkinsonisme virulent, une alternative aux neuroleptiques puissants ou une vision décalée et très personnalisée des œuvres de David Lynch. Les extraits où Mimile filme les ébats nautiques de Josiane sont de grandes scènes d’anthologie tout comme les panoramiques tremblotants, véritables odes à l’aspirine ! Heureusement, le net nous donne enfin accès à ces chefs d’œuvre. Merci.

Pierre Socquin, brillant étudiant lillois, vient de se pencher pour une thèse en communication sur le phénomène de la vidéo sur internet. Vaste sujet qui l’a conduit à s’intéresser au web participatif et surtout aux sites de voyages qui diffusent des vidéos amateurs. Le sujet est sans fin…Malheureusement pour certains réalisateurs prolifiques. Jugez plutôt. Un voyage en Inde, découpé en 145 vidéos sur YouTube décourage toute velléité de découverte du pays. Une brève histoire de New York donne raison aux réalisateurs de films catastrophes où un tremblement de terre filmé par Hollywood n’est rien à côté de ce que diffuse ce brave alsacien sur Yahoo. D’accord, il est facile de se moquer. Mais la vraie question est posée par Pierre Socquin. Pourquoi vouloir montrer des œuvres que globalement (et les compteurs de visite le prouvent) peu d’internautes visionnent ? «On comprend», poursuit Pierre, « que la stratégie du web professionnel qui consiste à montrer le patron pour lui vendre de la pub soit la règle de la vidéo sur le net. Flatter l’égo pour atteindrez le chéquier est même devenu la loi du genre de la vidéo pro sur le web. Mais pour le grand public la question est à ce jour sans réponse ». Et de détailler que le net ne supprime pas la soirée « spécial potes » autour du film remonté. De quoi se demander si l’on a véritablement besoin d’amis.

Marcel Lévy
ml@vacancespratiques.com

Vendredi 28 Septembre 2007