Trop de bons plans tue le bon plan



L'été 2009 aura eu le mérite de démontrer définitivement aux voyagistes que les consommateurs sont rois. Finies les marges exorbitantes de juillet et août, les prix qui explosent et les offres qui se raréfient, la crise montre que le jeu de l'offre et de la demande est désormais très bien maitrisé chez les consommateurs.

Pour autant, cette situation est dangereuse. D'abord, elle laisse croire aux voyageurs que créer et organiser des vacances, c'est très facile. Faux. Nous le savons tous. Second point, elle conforte l'idée que la dernière minute est devenue la seule méthode d'achat réussie de ses vacances. Les voyagistes ne sont pas stupides, ils auront vite fait de recalibrer leurs disponibilités pour 2010. De belles surprises en perspective. Enfin, le prix n'est plus mémorisable comme référent pour un pays. On a vu du Maroc à 299 € et un produit comparable, dans la même ville et aux mêmes dates, commercialisé 950 €. Difficile à comprendre. Enfin, l'image des professionnels en a pris un coup. Vendre le même produit en 2009, deux ou trois fois moins cher qu'en 2008, inutile de se demander si les marges d'été n'étaient pas parfois un peu trop exagérées.

Voilà donc posée la nouvelle donne des vacances. Car, au delà de l'offre habituelle, le net n'a fait que renforcer ce sentiment de "bonnes affaires". Cet été, plus de 3000 sites ont ainsi assurés la promotion de toutes ces propositions commerciales. Nous nous étions engagés sur cette voie. Nous faisons marche arrière. Trop de bons plans tue le bon plan, d'autant que derrière ces informations, se cachent des liens souvent invisibles qui commissionnent le site visité. On a donc intérêt à vous informer, bien vous informer.

Nous revenons donc à ce que nous sommes : des journalistes. Aussi, partons ensemble en reportages. Suivez l'actu du voyage, utilisez nos outils pour bien voyager, consommez nos carnet d'adresses pratiques qui vous conduiront là où nous sommes passés pour vous ! Bref, voyageons en toute transparence car nos publicités sont clairement identifiées et rarement agressives.

C'est la nouvelle ligne éditoriale du site. Une sorte de retour aux sources.

Anne le Goff




Comprendre
Le yield management, expression d'origine anglaise, en français gestion fine, est un système de gestion des capacités disponibles (chambres en hôtellerie, sièges dans le transport aérien…) ayant pour objectif l'optimisation du chiffre d'affaires, on l'appelle également revenue management, ou encore de manière plus restrictive tarification en temps réel (selon Cariou). Le Yield permet de lisser ses dépenses sur douze mois et de rattraper ses pertes de l'hiver (souvent dues à de bas tarifs) par des prix plus élevés aux meilleures saisons.

Lundi 24 Août 2009
pub
pub