vacances pratiques


Version imprimable

Trop, c’est trop !




Apprendre à discerner le bon grain de l’ivraie, voilà la clé du consommateur avisé. En terme de voyage comme dans tout achat, il faut être un usager vigilant et savoir faire valoir son bon droit et défendre ses intérêts. Il reste à savoir le faire à bon escient, sous peine de se retrouver condamné !

Les touristes sont de plus en plus des voyageurs informés : sur le droit des passagers dans un avion, sur le respect des contrats avec les agences de voyage ou les tour-opérateurs notamment. Et les voyagistes savent aussi qu’ils n’ont vraiment pas le droit de faire n’importe quoi aux dépends de leurs clients, qui ne se privent pas de faire des réclamations. Mais le client lui-même est prié de ne pas abuser ! Ainsi la justice vient de condamner un voyageur mécontent qui a tenté de faire condamner Go Voyages qui lui annonçait, trois mois à l’avance, que son vol prévu le matin à 7h serait décalé le même jour à 14 h. Habituellement quand on est prévenu la veille, on est déjà content !! Le monsieur, non. Il a refusé cette modification. Et aussi le remboursement de ses billets (modique somme de 2110 €) qui lui était proposé. Ainsi que la proposition du transporteur (Alitalia) de 342 € de bonus pour acheter d’autres billets et de 500 € pour trouver un autre hôtel (la loi ne prévoit pas d’indemnité, c’était un geste commercial. Il doit quand même être très très bon client, ce client !!). Et comme il est un poil mal embouché, le même client va en justice pour réclamer des dommages et intérêts (6952 €). Là, la justice a estimé que la coupe était un peu trop pleine : non seulement le monsieur ne bénéficiera pas de l’offre commerciale, mais il est condamné à payer 500 € à Go Voyages pour procédure abusive. Effectivement, abusive est le mot !

Anne Le Goff
alg@vacancespratiques.com

Mardi 19 Février 2008