Tourisme radioactif

Voilà une preuve de plus s’il en fallait une que le tourisme est désormais un acte éminemment politique. A partir d’aujourd’hui, que les choses soient claires, acheter un billet d’avion ou un voyage pourrait revêtir une importance du même ordre que celle de déposer un bulletin dans l’urne ou de descendre dans la rue pour manifester…



Exagération de ma part ? Probablement mais jugez plutôt de l’information surréaliste qui suit : L’Iran, par l’intermédiaire de son responsable du tourisme, a annoncé hier que les touristes étrangers seraient autorisés à visiter les installations nucléaires du pays. Une autorisation apparemment logique aux yeux du président du pays, Mahmoud Ahmadinejad puisque l’activité nucléaire iranienne est, toujours selon ses dires, pacifique… Entendons nous bien : je ne cherche pas, ici, à alimenter la polémique selon laquelle l’Iran souhaiterait s’équiper de la puissance nucléaire pour de mauvaises raisons. Je me place simplement à la place de l’homme politique de base et je mesure les répercutions que pourrait avoir une telle action si elle s’avérait être un succès.

Imaginez plutôt. Demain, Nicolas Sarkozy appelle les touristes du monde entier à venir faire un tour à Cachan. De son côté, Georges W Bush propose aux voyageurs une visite guidée de Guantanamo. Et pour finir, le président de la République Populaire de Chine invite les routards à assister à une exécution publique… Les tours opérateurs auraient là un champ de possibilité infini pour élargir et enrichir leurs catalogues. Sans compter que chacun pourrait y aller de son commentaire sur le bien fondé de la chose. Voilà qui serait, à n’en pas douter, un pas de plus vers une démocratie des plus « participatives » pour reprendre un terme à la mode…

Stéphanie Clément
scg@vacancespratiques.com


Jeudi 5 Octobre 2006
pub
pub