Tourisme fiscal



Si vous comptez faire cet été un périple allant de l’Allemagne à la Suisse, attendez vous a beaucoup de méfiance de la part des douaniers allemands qui devraient être attentifs aux explications que vous donnerez sur votre voyage. Pire, votre voiture les intéresse ? Ni excès de zèle, ni goût au travail…Juste des contrôles appuyés auprès de touristes d’un genre un peu particulier.

Pourquoi cette suspicion? Il faut savoir que les allemands constituent l’essentiel de la clientèle des banques suisses installées près de la frontière. Ils vont y placer leur argent à l’abri du fisc en profitant du secret bancaire helvétique. Je me suis laissé dire qu’il se passait des choses semblables entre la France et la Suisse, mais manifestement pas à la même échelle. Bref, les allemands ont une imagination sans limite pour tenter de gruger leurs pandores si l’on en croit l’enquête du journal suisse-allemand Blick. Un retraité a ainsi dissimulé 70.000 euros sous forme de petits rouleaux de billets de banque dans sa canne de randonnée, rapporte le journal, citant les services douaniers de la région de Walshut, au nord de Zurich. Une femme de 28 ans avait caché quelques 100 000 euros dans la barboteuse de son bébé de 3 mois. De fait, les voitures sont régulièrement farcies derrière les banquettes, et certains ont tenté de passer les frontières avec des liasses dissimulées sous des bandages ou des plâtres. S’ils se font prendre, l’amende peut atteindre un million d’euros ! Les douaniers veillent et les chiens renifleurs aussi. L’histoire ne dit pas si la vigilance douanière est la même du côté du Luxembourg… Bref, il fallait y penser. Mieux qu’un jeux concours, voilà de quoi doper les idées des voyagistes : le tourisme fiscal existe. Une sorte de remake grandeur nature du gendarme et du voleur. L’adrénaline en plus.

Anne Le Goff
alg@vacancespratiques.com

Jeudi 14 Juin 2007
pub
pub