Tourisme durable



Il est des pays où le tourisme n’est plus l’ami du développement : menacées par l’impact de l’homme, les îles Galapagos sont désormais protégées par l’homme. Un décret restreignant leur accès a été signé par le Président équatorien. D'autres lui emboiteront-ils le pas?

Depuis 30 ans l’Unesco s’inquiète de l’avenir de l’Archipel, classé au Patrimoine de l’Humanité. L’Organisation surveille d’un œil attentif la préservation de l’écosystème de l’archipel, qui a servi de laboratoire naturel à Charles Darwin pour l’élaboration de sa théorie sur l’évolution des espèces. Il réunit une faune et une flore uniques au monde, dont l’isolement géographique, pendant des millions d’années, a permis le développement et la protection. Tortues géantes, otaries, cormorans incapables de voler, iguanes marins et autres pinsons uniques au monde.
L'existence de ces communautés est menacée par la recrudescence du tourisme (plus de 60 000 visiteurs par an), par l'augmentation des colons (plus de 8% par an pendant les dix dernières années) et l'exploitation des ressources limitées (langoustes, poissons, etc. ). Le Président de la République équatorienne, agacé par les études de l’Unesco qu’il considère comme des intrusions, a décidé de ne plus attendre, et pris un décret déclarant les Galapagos en risque écologique. Le tourisme, les vols aériens et les permis de résidence dans le parc national sont désormais restreints. Il reste à être certain que l’exploitation des fonds restera elle aussi limitées… Quant à nous, il faudra être patient pour découvrir le site, ou faire confiance aux documentaires, à regarder chez nous.

Anne Le Goff
alg@vacancespratiques.com

Lundi 23 Avril 2007
pub
pub