vacances pratiques


Version imprimable

Six feet under




A son réveil, Thomas sentit quelque chose de différent dans l’air. La nuit n’avait pas été très reposante, un grand bruit sourd était venu perturber son sommeil à plusieurs reprises. Il réveilla doucement sa femme, Marie, avant de se diriger vers la trappe de sortie de cet étrange hôtel, en quête d’un bon petit-déjeuner. Mais à l’ouverture de la lourde porte métallique, un terrible spectacle s’offrit aux yeux mal réveillés du jeune couple : là où il y avait encore un village la veille, s’étendait à présent un désert noir de cendres, à perte de vue. Thomas se tourna vers sa femme, incapable de réprimer un petit air satisfait : «Tu vois chérie, j’ai bien fait de nous prendre un hôtel anti-atomique… »


Ce qui précède relève bien sûr de l’imagination du journaliste, mais le concept hôtelier existe bel et bien ! Deux frères jumeaux suisses ont en effet construit un hôtel dans un ancien abri anti-atomique de la guerre froide, répondant ainsi à la demande de la petite commune de Sevelen (dans l'est de la Suisse). Frank et Patrik Riklin avaient pour mission de réaménager cet ancien bunker nucléaire datant de la guerre froide, avec pour seul impératif de pouvoir vider les lieux en moins de 24h en cas de besoin. Cet abri atomique, encore obligatoire une vingtaine d’années plus tôt, était devenu une charge pour les communes après le démantèlement du bloc communiste. Les deux frères, artistes, ont décidé de lancer le concept «Zéro Etoile» et de construire un hôtel des plus rudimentaires. Quelques coups de peinture et plusieurs matelas plus tard, l’établissement ouvre ses portes et reçoit ses premiers clients dans l’ambiance froide et dénudée d’un bunker. Moins de sept euros suffisent pour prendre place dans un des lits du dortoir. La promiscuité est de mise, mais les créateurs fournissent sous l’oreiller, en plus d’une tablette de chocolat, une paire de boules quiès. Les jumeaux ont tout de même trouver le moyen de varier le confort avec quatre catégories de couchage, du simple matelas au lit paysan douillet. Forts de leurs débuts concluants, les deux frères projettent d’ouvrir encore une douzaine d’établissements du genre en Suisse. Bonne nuit, les petits suisses…

Alexis Dufour

Mardi 2 Décembre 2008