Si vous êtes un tantinet joueur : attendez, avant d’acheter vos vacances !



Il y a chez les voyagistes français une approche binaire du business. « Tout va bien » ou…« tout va mal ». Pas de demi mesure et peu de recul sur le monde qui nous entoure. Certains tour opérateurs, ardents partisans de la méthode Coué, disent aujourd’hui : « Tout va en s’améliorant désormais », et annoncent une pénurie en vue pour mieux vendre aujourd’hui ce que vous consommerez demain. Inutile de foncer tête baissée dans le piège, parfois un peu grossier.

La mondialisation du voyage, engagée depuis cinq ans, montre aujourd’hui qu’il n’est pas nécessaire d’être un spécialiste des vacances pour organiser les siennes ou celles de sa famille. Le « self travel » qui se met en place aux Etats Unis et en Angleterre commence à porter ses fruits. Marrakech, Bali ou les USA ne demandent plus l’apport d’un tour opérateur pour devenir des lieux de villégiature appréciables. Villas à louer, motels, studios… A part l’aérien, le maillon faible, on peut aisément se débrouiller tout seul si on ne souhaite pas un circuit ou des vacances qui demandent un vrai conseil. Aussi, quand nous entendons dire que cet été il n’y aura pas ou peu de VDM (Vente de dernière minute), à la rédaction, on sourit. Comment peut-on encore, au 21ème siècle, utiliser les "méthodes de papa" pour faire de la « réclame » ? Certes, les affaires reprennent. On évoque de 4 à 6 % d’augmentation des ventes pour ces derniers mois. Pas grand chose, à côté de la hausse du nombre de produits commercialisables : + 19% en Méditerranée (151 nouveaux hôtels et clubs) et presque 22% ailleurs. La marche est encore haute pour craindre la pénurie évoquée.
Aussi, il est prudent d’attendre, surtout si vous n’avez pas de destinations précises en tête. Il y aura de belles offres en juin, juillet et août prochain, c’est certain. A contrario, si votre choix est fait avec une précision chirurgicale, autant ne pas attendre. Le lieu prime sur le prix, même s’il n’est pas impossible de trouver de bons prix pour votre destination de rêve. Désormais, les vacances s’achètent comme à la bourse. Les plus doués achèteront le meilleur rapport qualité/prix, les autres pourront être déçus. Mais quoi qu’il en soit, ayez toujours en tête qu’à ce jour encore, l’offre est bien supérieure à la demande. C’est la loi du marché touristique.

Anne Le Goff

Jeudi 8 Avril 2010
pub
pub