vacances pratiques


Version imprimable

Savoir débrancher en vacances


Le portable qui sonne dans le cinéma, c’est désagréable mais n’est-il pas encore plus violent lorsqu'il retentit à répétition sur la plage ? Bien pratiques pour rester connecté a minima, les moyens de communication numériques ont pris une telle place dans notre vie qu’il faut littéralement apprendre à débrancher !!



Bien pratique, le numérique, et on lui reconnait bien des qualités, notamment celle d’autoriser des escapades entre deux rendez-vous pour tous ceux qui ne sont pas astreints à rester au bureau. Certains clients d’avocats, d’entrepreneurs ou… contacts de journalistes seraient bien surpris de voir le contexte dans lequel leur correspondant leur répond ! Un récent sondage réalisé par le CSA confirme que smartphones et tablettes ont un impact positif sur la rapidité du travail effectué (pour 71% des sondés), sur la qualité du travail (61%), la créativité et la capacité d'innovation (58%). Mais il est en revanche jugé négatif pour la concentration des salariés (36%, qui zappent tout le temps) et ce qui nous intéresse, l'équilibre entre vie privée et professionnelle (40%). C’est tout un paradoxe. Les outils mobiles, censés nous aider, nous servir, nous faciliter la vie pour tout dire, sont devenus nos maîtres et nous, leurs esclaves. Un fil à la patte qui nous entortille voire nous étrangle si nous n’y faisons pas attention, façon boa constrictor.

On n’a que les pressions que l’on se donne. C’est tellement vrai qu’une enseignante australienne a pris un pari fou auprès de ses ados. Elle leur a imposé de couper tout écran de la maison pendant 6 mois, expérience destinée à démontrer à chacun que l’outil devait rester à sa place. Et en observatrice aguerrie, elle en a tiré (au stylo !) un livre réjouissant qui vient de paraître et démontre à chacun qu’il y a de la vie après la télé, l’ordinateur, l’iPad, la console ou le portable. Une conclusion attendue, mais les remarques le sont moins. Et si beaucoup de vacanciers gardent un œil sur le bureau, il y a sûrement quelques idées à retirer de ce débranchement collectif. Par exemple éteindre complètement de temps en temps pour profiter du moment, et regrouper les contacts en une heure, en début ou fin de journée ? Allez, c’est dit : ce prochain week-end, on dé-bran-che !

Annie Fave

PS : Le livre : «Pause», de Susan Maushart, traduit de l'anglais (États-Unis) par Pierre Reignier, NiL, 366 p., 20 €.

Vendredi 22 Mars 2013