vacances pratiques


Version imprimable

Sacrés français


Le français est taquin. Pas méchant, mais farceur. Il est là où on ne l’attend pas. Bousculant les idées reçues dans ses envies et d’un grand classicisme dans les faits. Grande gueule et fier de l’être. Gaulois jusqu’au bout des doigts si l’on en croit les écrits de Jules César.



Le dernier sondage en date de BVA pour la direction du tourisme est l’exemple même du « plaisir à la française ». Non, nous ne reparlerons pas de gaudriole mais de ce que Voltaire appelait « l’art de chatouiller l’oreille du prince ». A quelques mois des élections, on apprend qu’un français sur deux compte partir en vacances cet hiver. 30 millions de nos concitoyens, entre le 21 décembre et le 21 mars, iront tâter du voyage. Alléluia. Heureusement, on apprend que ces chiffres sont stables par rapport aux hivers précédents. Sans doute comparables à ceux de l’an prochain.
Si les résultats de l’étude redonnent le moral aux professionnels du voyage on sait que les résultats annoncés ne sont que des vœux pieux. Des intentions, des envies. Comme celle qui me taraude depuis des années : gagner 150 millions d’euros au jeu. Certes je ne joue pas au Loto mais, si on me le demande, je serais dans la partie des 50% de français qui pensent gagner cet hiver ! Ça ne mange pas de pain.

L’étude, conforte l’idée qu’il faut donner au monde du tourisme des chiffres sérieux et argumentés. Il faut doter la France d’une réelle cellule de veille touristique capable d’analyser les marchés publics et privés sans tomber dans des analyses au doigt mouillé sur d’éventuelles envies de vacances. Certes le sondage BVA est un bon point pour le Ministre en place. Une sorte de satisfecit avant d’éventuelles grandes vacances politiques. Dommage, l’homme mériterait de rester. Il est le premier à avoir compris (et à défendre l’idée) que le tourisme est une chose trop sérieuse pour la confier aux seuls politiques.

Marc Dandreau
md@vacancespratiques.com

Jeudi 14 Décembre 2006