Prisonnier malgré lui



Menotté pour avoir revendiqué le droit au… confort. Dans l’avion d’Air France le ramenant de New Delhi où il venait de passer son voyage de noces, un passager s’est vu attribué un siège cassé. Sept heures de vol, c’est long… surtout quand on est mal assis. Pas de chance, toutes les places sont occupées en classe éco. Il en reste bien une, en business, où le voyageur s’installe.

Mais chez Air France, ça ne se passe pas comme ça : les passagers ne peuvent pas s’auto attribuer une place, et encore moins se surclasser. En théorie, cela semble logique. En pratique, un peu de flexibilité (et de bon sens) n’aurait fait de mal à personne. Le passager est donc sommé de regagner sa place, ce qu’il refuse à plusieurs reprises. Le commandant de bord s’en mêle et décide de lui passer les menottes, ce qu’il est autorisé à faire «En cas de risque pour la sécurité de l'appareil ou de gêne grave pour les passagers ». Le passager, vexé, ulcéré de voir qu'on n'a jamais écouté vraiment sa position, a porté plainte à l'arrivée au Commissariat de police. Air-France ne commente pas "Une enquête est en cours; le Commandant est seul habilité à juger de ce qui se passe à son bord".

Ce n’est pas la première fois qu’une compagnie aérienne est accusée de maltraiter un de ses passagers. Habituellement, sans craindre les représailles de grand monde: la DGAC -Direction générale de l'Aviation Civile, le gendarme de l'air- pouvait gronder mais sans sanction. Avec la parution d’un décret au journal officiel le 15 mai dernier, les transporteurs vont sûrement revoir leur amabilité à la hausse : la DGAC est désormais habilitée à sanctionner les compagnies aériennes effectuant des vols au départ du territoire national. Et les compagnies ressortissantes d’un état-membre de l’Union Européenne effectuant un vol vers l’Hexagone pourront elles aussi recevoir une amende (de 7 500€ à 15 000€ en cas de récidive). A ce prix-là, la compagnie ne refusera peut-être plus la business… avec ou sans champagne.

Coralie Pascaud
cp@vacancespratiques.com

Lundi 21 Mai 2007

pub
pub