Pendant les vacances, les arnaques continuent

Pas besoin d'être grand clerc pour savoir que les touristes et surtout leur porte-monnaie suscitent l'appétit. Si de gros efforts sont faits par les hôteliers ou les Offices de tourisme pour améliorer l'ordinaire, tout n'est pas encore rose dans le monde des vacances, comme le prouvent les résultats des contrôles réalisés en juillet.



La DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) appelle cela des "anomalies" mais celles ci risquent fort de nous conduire à l'hôpital. Les contrôles qu'elle a mené au mois de juillet dans la restauration rapide ont mis en lumière une "forte augmentation" de ces anomalies, avec un taux de 11% contre 6,8% un an plus tôt, le problème provenant plutôt des établissements hors chaînes. Au demeurant, les restaurants plus classiques ne sont pas vraiment mieux lotis puisque le taux d'anomalies y est également en progression, à 12,5% en juillet contre 10,3% un an plus tôt. Sur 9.200 contrôles effectués dans la restauration, sur les marchés, la distribution et les commerces de bouche, il y a eu 500 procès-verbaux émis, 39 fermetures d'établissements et 131 retraits de produits, a-t-on précisé de même source.

Les vacances sur internet ont également été passées au crible: 571 opérations de contrôle ont été effectuées sur 246 sites, donnant lieu à une mesure administrative, 5 injonctions de procéder à des mesures correctrices et 24 rappels à la réglementation. Les contrôles ont mis au jour des offres promotionnelles sans disponibilité ou des affichages de prix omettant des frais de dossier et des assurances.

Il reste que c'est à chacun de jouer la vigilance: des sandwichs ruisselants en plein soleil, des nappes ou des couverts de propreté douteuse peuvent inciter le voyageur à fuir la table. Terminer les vacances à l'hôpital, non merci !

Anne Le Goff

Lundi 15 Août 2011
pub
pub