vacances pratiques


Version imprimable

Panique sur les vacances d’été


Le Salon du Tourisme qui vient de fermer ses portes à Paris n’aura pas totalement réussi à séduire des franciliens, inquiets d’un monde en crise et soucieux de leur budget. Pourtant, à en juger par les offres de qualité, le choix était là et les prix aussi. L’été 2011 pourrait bien marquer un nouveau comportement du consommateur : l’attentisme de proximité. Non pas pour choisir une destination mais tout simplement pour ne pas partir loin de chez lui.



Les ventes de dernière minute en France comme dans les pays européennes proches (Espagne, Italie, Croatie…) risquent d’être limitées. L’Afrique du Nord, encore bousculée par son image Tunisienne, risque de subir les craintes libyennes. La crise grecque et ses innombrables grèves pourraient éloigner les vacanciers et le Portugal, en pleine tourmente économique, pourrait voir les prix du quotidien exploser au point de faire fuir les européens du Nord comme les Français. L’Italie, Toscane et Sud compris, connaît un regain d’intérêt sans précédent. Il reste à savoir si la Turquie va attirer les européens ou si, installée dans une confusion totale, elle subira, elle aussi, les craintes Syriennes, libyennes ou libanaise. A bien y regarder, la France est tout naturellement une valeur sûre. Il suffit pour s’en rendre compte de chercher un gîte de qualité encore disponible aujourd’hui: ils sont rares. Les dernières offres du marché, prises d’assaut par les Allemands, les hollandais ou les Anglais, voient déjà leurs prix augmenter. Même constat dans les campings où les mobile-homes sont devenus aussi rares que les truffes.
Les crises qui se sont multiplié ces dernières semaines et la morosité économique ambiante, avec hausse des prix et de l'essence, plombent les envies de départ. On comprend aisément l’attentisme et cette petite phrase publiée par France Soir «Les Français ne sont pas pressés de choisir leurs vacances… en France. Nous avons presque tous des amis qui pourraient nous accueillir quelques jours ». Et c’est sans doute ce tourisme tribal (ou familial) qui devrait être le grand champion de l’été 2011. A moins que face à la crise, bricolage et jardinage ne remplacent les voyages. Après tout, les vacances, ce n’est pas forcément bouger dans tous les sens. Il y a tant à voir et à faire à côté de chez soi !

Annie Fave

Vendredi 25 Mars 2011