«Oui Oui» fait du tourisme



Ce que j’aime dans la politique, c’est que les Ministres, une fois parachutés semblent très vite détenir la vérité sur le domaine qui les concerne. Celui du tourisme n’échappe pas à la règle. Hier, il a fait le bilan du tourisme pour l’été 2008 et tracé les prévisions pour l’automne et l’hiver. Plutôt bonnes. Félicitons cette nouvelle initiative courageuse du Président de la République : nommer un sourd, doublé d’un aveugle, à un poste de très haute responsabilité.

Depuis plus de deux semaines, les professionnels du tourisme dénoncent la baisse sensible des réservations et s’interrogent sur l’ampleur de la crise qui pourrait s’installer d’ici à la fin de l’année. Des stations de sports d’hiver reconnaissent officiellement une forte diminution des réservations pour décembre et janvier (à l’exception de Noël) et il suffit d’interroger les responsables du tourisme Seychellois, Mauriciens ou Maldiviens pour se rendre compte des dégâts de la crise économique. Quant à l’été, j’avoue ne pas comprendre. D’un côté le Centre d’Etudes des Tours Opérateurs (souvent confus, je l’admets, dans sa présentation des chiffres) reconnaît que tout est loin d’avoir été rose. De l’autre, comme des champions du monde dopés à l’EPO, un Ministre qui nous explique que « tous comptes fait s» nous faisons mieux d’année en année ! Un vrai discours de cycliste. Encore heureux qu’il soit fier d’y avoir participé à l’insu de son plein gré. Entre des statisticiens posés dans un bureau (pensez d’ailleurs à les arroser) et le terrain, le fossé semble énorme. Quant aux chiffres, on les dirait établis par un ordinateur sud coréen, programmé par le Monsieur Plus des gâteaux d’apéritifs. Il fallait en juillet se promener sur les plages de l’Atlantique pour comprendre le désarroi des pros du tourisme. Même sur la côte d’Azur tout n’était pas florissant. De là à penser que l’automne sera « correct » et la suite sans grand danger.... Là, je l’avoue, Monsieur le Ministre, j’en reste coi. Sans doute ne devons pas nous vivre dans le même monde, celui qui vient de voir un très gros distributeur (il est vrai un peu flambeur) plonger dans le rouge et se faire reprendre par un concurrent en laissant plus de 100 personnes sur le carreau. Un monde où les agences de voyages commencent à fermer faute de clients… Mais tout va bien, bonnes gens, dormez, je le veux.

Marcel Lévy
ml@vacancespratiques.com

Jeudi 30 Octobre 2008
pub
pub