vacances pratiques


Version imprimable

Où ai-je la tête ?




Demain, je pars ! A New York. Juste deux jours, histoire de voir si la grosse pomme tient toujours ses promesses de capitale branchée du « nouveau monde ». Il y a quelques années, avant un tel voyage j’avais un programme bien établi qui passait de J&R, pour voir les dernières technologies à la mode, au bar du Moma pour feuilleter un ou deux livres à la bibliothèque. Que du bonheur. Aujourd’hui, je pense à d’autres choses et ce n’est pas facile !

Pour deux jours, je ne vais pas enregistrer mes bagages. Inutile d’attendre à Newark, l’immigration est déjà assez longue. Pas la peine d’attendre au retour non plus, Roissy est le pire endroit au monde pour récupérer sa valise au retour d’un vol. Enfin, je ne veux pas prendre le risque de me faire piquer un pauvre câble électrique qui aura tenté un bagagiste français ou américain chargé de la sécurité. Ne pas enregistrer, cela veut dire surveiller sa valise avec, pour les USA, une attention toute particulière. Pas plus de 100 ml pour les flacons. Je fonce au « Champion » du coin : « Vous avez des déodorants de 100 ml ? ». La vendeuse : « A quoi ça vous sert du 100 ml, prenez du 200 ml comme tout le monde ». Pas possible, le texte dit 100 ml. Je lui explique mon problème. Elle se marre « Restez chez vous, dit elle, Pas la peine de voyager pour se faire embêter ». Aïe, le bon sens populaire. Il est capable de tuer le voyage. J’irais l’acheter aux USA, mon « déo ».
Je fouille ma trousse. Dehors le dentifrice, hop le savon. Il reste pas mal de médicaments. Il faut que je décide, à Paris, quelle maladie je vais attraper sur place. J’opte pour le mal de ventre. Je fais l’impasse sur la grippe. On verra bien. Coup de fil d’une copine : « Tu es fou, pour les USA c’est pas en ml, c’est en once, donc moins de 100 ml ». Elle me fatigue, Miss « je sais tout ». Voilà deux heures que je cherche à éliminer ce qui va me pourrir mon voyage. Elle, en deux secondes, elle en rajoute une couche. Je craque. Et si j’allais à Aurillac ? Pas de contrôle, pas de soucis et là bas, avec une web cam, je verrais bien New York...

Marcel Lévy
ml@vacancespratiques.com

Mardi 23 Janvier 2007