On brade à tous les rayons !

Période de soldes, période de prix: outre le blanc, les vêtements, les dernières TV ou nanars en tous genres, des prix bradés s'affichent sur les sites et devantures des agences de voyage. Faut-il y croire, y succomber ? Le phénomène devient si important qu'il y a de quoi se poser des questions!



Bons plans, prix cadeaux, soldes, promos, bonnes affaires: les "stickers" rouge et orange ont fait leur apparition en travers des vitrines pour valoriser des offres présentées comme des soldes exceptionnels et des tarifs à saisir. Dans le voyage, c'est un classique, mais avec cette ampleur, c'est plus rare. Est-ce pour autant une arnaque ? Certainement pas : de vrais bons plans se cachent dans les annonces, avec des semaines à prix imbattables, notamment au Sénégal ou au Maroc, de quoi partir illico avec ses petits enfants au soleil, en oubliant l'école et la froidure ! Mais encore faut-il s'entendre sur le terme de "soldes" que beaucoup de voyagistes emploient. Dans le commerce habituel, ce sont généralement des invendus, bradés à bon prix. De telles offres existent, il faut en profiter. mais au milieu du lot il y a aussi et de plus en plus de bonnes affaires qui sont, au contraire, des ventes à l'avance ! De bonnes affaires également, mais pour des départs beaucoup plus tard. Ce que le Club Med, qui a lancé le mouvement il y a plusieurs années, appelle les "early booking", en bon Français: vous achetez en avance, vous bénéficiez d'un bon prix qui permet au voyagiste de se constituer une trésorerie, notamment pour réserver billets d'avion et chambres d'hôtels ou circuits. Le voyage peut ainsi être acheté à -10, - 20 ou - 30 % (c'est tout de même plus rare) à des dates annoncées. De bonnes affaires, pour un futur produit. Tout le monde y gagne, à condition d'avoir les dates bien précises de ces vacances car, de la même façon que des billets de train ou d'avion achetés très en amont sont rarement remboursables ou modifiables, les séjours ainsi réservés sont soumis "à contrainte": la modification -lorsqu'elle est possible- entraine des frais qui annulent, de fait, tout le bénéfice de l'opération. De quoi donner envie d'étrangler le chef qui veut modifier les plannings !
Anne le Goff

Mercredi 26 Janvier 2011
pub
pub