vacances pratiques


Version imprimable

Nicolène, Segolas et Marcello




Que restera t-il dans nos porte-monnaies une fois passée l’élection présidentielle de mai prochain ? Si l’on en croit Nicolas, évoquant la candidate socialiste : pas grand chose. Perclu d’impôts, pressé comme un citron de toutes parts, le citoyen lambda n’aura plus qu’un seul but : obtenir le RMI pour vivre de la solidarité nationale. Vu par Ségolène, le discours n’est guère différent. L’ultralibéralisme de la droite aura épuisé les bonnes volontés au point que le servage, à l’époque médiévale, était une vraie variante du paradis. Heureusement, pour vous, il y a Marcello !

Mon programme est simple et logique : relancer le Parti du Bonheur. Certains me diront qu’il n’existe pas et qu’il est utopique… Qu’ils me montrent alors en quoi les promesses électorales des candidats sérieux sont plus réalistes ! Dans un monde vicié par le politiquement correct, sortir la tête est dangereux.

Laissez-moi vous donner quelques exemples des mesures immédiates que je prendrais :
· Remboursement de 20% des frais engagés en hiver pour prendre une semaine de vacances au soleil. Cette prime serait versée après une année sans arrêt maladie intempestif ou visite inutile chez le médecin. Ce pourcentage passerait à 25% au bout de deux ans. Pour les grands malades, la prime serait attribuée d’office. On le sait, un bon moral compte autant qu’un bon docteur
· Lancement d’un vaste programme européen d’ouverture d’un millier d’auberges de jeunesse pour montrer aux jeunes que l’étranger ne fait pas peur quand on le connaît. Un juif, un noir, un chinois ou un arabe sont aussi fréquentables qu’un italien, un anglais ou un français de souche
· Développement des cours de géographie à l’école, non pas par la seule notion si drôle de PIB, mais par l’introduction de documentaires qui prouvent que voyager concrètement, c’est aussi une façon de faire l’école. Obligation d’un voyage scolaire par élève tous les 5 ans.
· Enfin, mesure obligatoire, tous les soirs dans les journaux de 20 heures, diffusion d’un court reportage sur un pays dans le monde ou il n’y a pas guerre !Juste pour montrer que pour le prix d’un billet d’avion, le bonheur est accessible même si rien n’est tout rose ailleurs..

Bien sûr, si vous avez le moyen de me trouver les quelques 500 signatures pour me présenter à l’élection Présidentielle, je vous promets, si je suis élu, d’appliquer mon programme et tout mon programme. Mes promesses à moi ne sont ni pires ni meilleures que celles des politiques qui, eux, depuis 30 ans n’arrivent même plus à nous faire rêver. Elles sont simplement du Parti du bon sens. Une qualité que le voyage permet d’apprendre vite.

Marcello
Ml@vacancespratiques.com


Lundi 22 Janvier 2007