vacances pratiques


Version imprimable

Mon père, pardonnez-lui…




Il ne sais pas ce qu’il fait… Voilà, en substance, ce qu’aurait pu conclure ce vieux prêtre italien fort en colère devant la conduite du pape Benoît XVI. Hélas, loin d’être porté sur le pardon, ce représentant de l’épiscopat a choisi, au contraire, de jeter la première pierre…

Motif de la colère de ce serviteur du seigneur : le coût des vacances d'été du Saint Père dans les Dolomites au nord-est de l'Italie, estimé à un million d'euros. Pour protester devant ce qu’il a qualifié de "privilège de caste", le prêtre Armando Trevisiol s’est fendu d’une lettre ouverte dans laquelle il explique que trop de catholiques ne partent pas en vacances aujourd’hui pour que leur représentant se permette d’aller se dorer la pilule avec un budget pareil (je résume bien sûr). Il a poursuivi en disant que Benoît XVI était le « visage de Jésus sur terre » et qu’il se devait de lui ressembler au maximum, lui qui n’avait même pas une pierre pour poser sa tête… Les réactions en Italie n’ont, vous vous en doutez, pas manqué. Un journal a même souligné qu’il ne fallait pas mésestimer les bénéfices en termes d'images récoltés par la région des Dolomites lors de la venue de l’homme en blanc…
Sans porter de jugement, tout cela m’inspire deux réflexions.
La première : j’aimerais bien être un petite souris glissée dans la manche du cardinal qui va, demain, aller expliquer au pape que, dans un souci d’équité totale avec Jésus, il va désormais dormir la tête sur une pierre…
La deuxième : Le tourisme ne vivant pas aujourd’hui l’une de ses plus brillantes périodes, peut-être faut-il creuser l’idée d’un pape VRP de certaines destinations… Après tout, si la simple venue du Saint Père peut relancer une destination touristique, je propose que ce dernier attaque, sans plus tarder une tournée mondiale. Il est des miracles qui ne se refusent pas.

Stéphanie Clément
scg@vacancespratiques.com


Jeudi 18 Octobre 2007