Mauvais été, bon hiver pour les vacances ?

Les tour-opérateurs grimacent, les agences de voyage se plaignent, les hôteliers font souvent la tête. La fin de l’été sonne l’heure des bilans et manifestement, les Français ont boudé les vacances cet été.



Selon le bilan de l’agence de promotion touristique Atout France, publié ce lundi, l’été a été marquée par "une baisse sensible" de la clientèle française, "une progression marquée" des étrangers, une réduction des dépenses et un raccourcissement de la durée des séjours. La fréquentation a été plutôt stable en bord de mer et dans les grandes villes, en hausse à Paris mais partout ailleurs en recul, notamment dans le Sud-Ouest et le quart Sud-Est de la France. La météo, bien sûr, a joué son rôle. Le mois de juin a été mauvais partout, et la fréquentation a eu du mal à démarrer ensuite, car les Français n’étaient semble t-il pas très motivés. Le mois d’août a connu une fréquentation "assez satisfaisante", voire même "très satisfaisante" dans le Nord et l'Ouest grâce à une excellente météo mais la crise est passée par là. Atout France souligne que "les professionnels du tourisme ont constaté (même en août) une baisse du budget alloué aux vacances" et les restaurateurs ont particulièrement souffert. Sur l'ensemble de la saison, tous les secteurs du tourisme relèvent "une réduction du budget vacances ainsi qu'un raccourcissement de la durée des séjours".

Par rapport à l'été 2012, Atout France évoque une fréquentation stable "des hôtels, des campings et des villages de vacances"; une baisse dans les hébergements ruraux de campagne mais une stabilité sur le littoral et en montagne. L’agence y ajoute un bilan stable pour les résidences de tourisme et un recul des meublés. Globalement, il n’y a donc pas eu d’engouement pour les départs et d’ailleurs le Seto, le Syndicat des Tour opérateurs, n’hésite plus à afficher des résultats négatifs, avec une baisse de 4,9% du nombre de clients et de presque 4% du volume d’affaires.

L’hiver sera-t-il la saison pour se rattraper ? Pour l’heure, le Seto en doute ! Il reconnait qu’il n’a pour l’instant aucune visibilité. Dans les voyages réservés, il y a actuellement une hausse fulgurante du Vietnam (+ 25%), de l’Inde (+15,3%) et des Antilles (+ 9%). La Turquie tire également son épingle du jeu alors que l’Egypte, sans surprise, est totalement écartée des projets de vacances, même sur la mer Rouge. Irons nous au soleil ou à la mer ou… resterons nous à la maison ? Voilà les questions qui taraudent les professionnels du tourisme qui se demandent, globalement s’il est possible que s’arrête la descente aux enfers…

Annie Fave

Mardi 1 Octobre 2013
pub
pub