Malins voire filous, les clients des hôtels ?

Tous les vacanciers ne sont pas des modèles d’honnêteté : il y a ceux qui récriminent en permanence pour obtenir des ristournes sur leur séjour au retour, ceux qui prétendent à des offres spéciales auxquelles ils ne correspondent pas, ceux aussi qui partent avec le peignoir ou le tapis de bain de l’hôtel et s’équipent à bon compte, tout le monde en connait. Une spécialité française ? Pas du tout : une enquête prouve que mensonges et petits larcins sont monnaie courante chez tous les européens. Démonstration.



Les italiens et les espagnols sont les rois du boniment, mais les Français sont juste derrière dans ce classement un peu honteux, réalisé par Hotels.com. Ainsi, dans l'espoir d'un séjour plus confortable, 58% des Italiens et 48 % des Espagnols se disent prêts à s’inventer de gros mensonges, comme par exemple s’inventer une lune de miel ou un anniversaire pendant leur séjour. Mais 74 % des Français ne signalent jamais certains frais oubliés sur leur note, suivis de près par les Italiens (68%) et les Anglais (65%). Les Suédois, plus que les autres, osent quant à eux l'utilisation du pseudonyme (9,5%). Et le bluff, ça paye! Plus de la moitié des Français (55%) et une moitié des Espagnols ayant prétendu être en lune de miel ont obtenu une chambre de qualité supérieure. Pour ce même mensonge, les Norvégiens tout comme les Espagnols récoltent, pour la moitié d'entre eux encore, une bouteille de champagne. Les Danois quant à eux décrochent en majorité des réductions (28%).
Non contents de mentir, les voyageurs européens sont aussi des chapardeurs : peignoirs, pantoufles ou serviettes, rien ne leur échappe. Les champions de ces petits larcins sont les Suédois qui, pour une grosse moitié d'entre eux (54%), n'hésitent pas à subtiliser un objet pour en faire un souvenir ! Les voyageurs irlandais arrivent en deuxième position : 50% sont également friands des fournitures mises à leur disposition. Viennent ensuite les Anglais avec 48% de voyageurs cleptomanes. Quant aux Français, à peine plus d'un tiers d'entre eux (34%) se sont déjà approprié les objets de leurs chambres d'hôtel. Ouf, nous voilà rassurés.

Anne Le Goff

Mardi 8 Juin 2010
pub
pub