Les papis voyageurs

Ca pourrait tenir du défi. Du « Je l’ai fait, même pas mal » ! Car il fallait finalement un certain courage à ce groupe de retraités (moyenne d’âge entre 64 et 80 ans) pour partir arpenter les pistes de l’Afghanistan.



Mises en garde des familles, manifestations sanglantes à Kaboul à la veille de leur départ, demande insistance du ministère français des Affaires étrangères d’annuler le voyage… Tout est y passé pour les dissuader d’accomplir le périple. Pourtant, après trois semaines de voyage, ils sont revenus rayonnants et ravis du chemin parcourus. Au programme de leurs aventures, Bamyan et ses bouddhas détruits, Mazar-I-Sharif, la ville ancienne de Balkh et la vallée du Panshir, des nuits à la dure, des heures de 4X4, le tout pour un prix non nul : 4500 €. On est loin des circuits en bus qui font le tour du Maroc. Casse-cou les papis ? Probablement un peu et un peu fous aussi de se livrer à ce périple. Face à de telles initiatives, on peut s’interroger. De l’intérêt d’aller faire un tel voyage, avec les risques (d’enlèvements, d’accidents, d’agressions) qu’il comporte. De la décence aussi, à aller faire du tourisme dans un pays en guerre. Ou bien on peut laisser derrière nous les oiseaux de mauvais augure et rappeler que c’est aussi par le tourisme et ses voyageurs que s’ouvrent les pays et que parfois, tombent les dictatures.
Stéphanie Clément
scg@vacancespratiques.com

Lundi 26 Juin 2006
pub
pub