Les enfants du Bon Dieu



On se dit parfois que certains pays prennent les enfant du Bon Dieu pour des canards sauvages. Ou de bonnes grosses andouilles naïves, au choix. Ainsi le Monténégro introduira à la mi-juin une taxe sur les véhicules qui franchiront ses frontières. Pour remplir les caisses de l’état ? Nan, nan, pas du tout, m’enfin ! Pour lutter contre la pollution, et pour inciter les touristes à prendre d’autres modes de transports que la voiture. Mais bien sûr !

La Suisse ou l’Autriche ont eu le mérite, en créant la vignette autoroute, de dire clairement qu’il s’agissait d’une taxe équivalente à un péage. Le Monténégro, lui à quelques difficultés à tant de franchise. Depuis qu’il s’est séparé il y a deux ans de la Serbie, il parie sur le tourisme pour son développement économique. Et comme il n’est pas obligatoire de le traverser pour traverser l’Europe, c’est un peu plus délicat pour lui d’instaurer une taxe, forcément impopulaire. Alors il a trouvé une astuce : la lutte contre la pollution. Et c’est sans rire que Jelena Palovic, porte-parole du ministère du Tourisme, affirme que "Le ministère du Tourisme a décidé d'introduire cette taxe en raison du nombre accru de touristes, de voitures, d'autobus et de camions qui se rendent au Monténégro et qui nuisent à la qualité de l'air et à l'environnement». La ficelle est un peu grosse, d’autant que la taxe, valable 12 mois, atteint la modique somme de dix euros pour les véhicules particuliers, 30 à 50 € pour les mini-bus et 150 € pour les camions dépassant cinq tonnes. Chacun sait que le tourisme, on le fait en 5 tonnes, non ? Et Jelena espère que la taxe n'engendrera pas une diminution du nombre de touristes mais «que les touristes utiliseront des moyens de transport alternatifs tels les trains ou les avions ».
Pas de doute que la jeune démocratie a besoin d’argent, et que ses paysages, ses réserves animalières ou ses côtes méritent une visite, voire une taxe. Mais la communication mériterait parfois d’être un peu plus fine ! Parce qu’une fois descendu de l’avion à Podgorica, le touriste, il est sensé faire comment, pour visiter ? En marchant sur les mains ?

Anne Le Goff
alg@vacancespratiques.com

Jeudi 29 Mai 2008
pub
pub