Le tourisme peint en vert



Une vraie tendance lourde du marketing : cette année, le tourisme se veut écologique, équitable, responsable, écotouriste… Bref, non seulement le vocabulaire se multiplie mais il y a du tout et du n’importe quoi, il faut bien le dire, derrière cet habillage éco sensible. Le tourisme se repeint en vert.

Les statistiques sont claires : d’après l’étude réalisée par la Sofres en avril 2007, plus de 72 % des personnes interrogées se déclarent intéressées par le tourisme responsable. Pas de définition exacte derrière la formule, mais pas de doute qu’il y a une vraie démarche, une vraie sensibilité du grand public au fait de ne pas vouloir détruire la nature. La préoccupation du grand public pourrait peut-être commencer par le fait de ramasser ses papiers lors du pique-nique dans le champ, avant d’aller penser à racheter son CO2. Ou encore par balayer devant sa porte et éviter d’aller piétiner les coraux du monde entier plutôt que de demander au tour-opérateur d’inventer des concepts compliqués.
Du côté des professionnels ou des destinations, au salon Top Resa qui se déroule actuellement à Deauville, les termes d’équitable ou de responsable se multiplient sur les banderoles. Affichage, ou vraie prise de conscience ? Chacun en tous cas comprend qu’il y a une vague sur laquelle surfer, pour se montrer plus… plus quoi, au fait ? Responsable, équitable, écolo ? Est-ce que ce ne serait pas plutôt du « moins » qui se cacherait derrière la formule, à savoir moins honteux peut-être, moins complexé de débarquer n’importe où en venant de nulle part ? En tous cas Il va y avoir du tri à faire, et pas seulement dans les déchets. Aujourd’hui ce tourisme vert sent encore trop le marketing et pas assez la chlorophylle.

Annie Fave
af@vacancespratiques.com


Mercredi 26 Septembre 2007

pub
pub