vacances pratiques


Version imprimable

Le rose nous va si bien


Vous l’avez sans doute remarqué mais bien des entreprises s’installent à la limite de la légalité pour surfer sur une tendance sans se faire taper sur les doigts ! C’est le cas des voyages pour adultes. Un marché touristique qui explose.



Face à la réputation de Saint Domingue en matière de tourisme rose, un groupe d’hôteliers réagit à sa façon aux attentes « sexuelles » de ses clients. Le principe est simple : organiser des séjours pour adultes consentants à la recherche d’une ou plusieurs âmes solitaires. Le Cat69, c’est le nom de ce club un peu particulier, s’appuie sur une règle élémentaire : tous ceux qui viennent y séjourner sont amateurs de sexe et acceptent la drague, l’échangisme ou plus si affinités. La décharge signée à l’arrivée vient sceller cet accord, doublé d’une visite médicale sur place. On aime ou on n’aime pas mais avouez que c’est clair et sans appel. Le succès est tel que quatre autres clubs sont en préparation dans les Caraïbes. Est-ce pire que les « procreation center » ouverts à ceux qui trop stressés chez eux veulent se retrouver au calme, en toute sérénité, pour concevoir des enfants ?

Ici aussi le menu est élémentaire : faire l’amour deux ou trois fois par jour, sous contrôle médical et, avec l’assistance de psychologues. Les deux premiers clubs sont complets pour 6 mois. Enfin, l’arrivée de « resorts » spécialisés dans l’univers des divorcées (réservé aux seules femmes) est annoncée. Pour y séjourner, il faudra s’être séparé de son homme dans les douze derniers mois. Quelques beaux « surfers locaux » sont recrutés pour le décor (voire pour une consommation rapide) et deux psy installés sur place aident à passer le cap difficile.
A plus de 3500 $ la semaines, la douleur a un prix. Mais quand on a aimé, on ne compte plus.

Marcel Lévy
ml@vacancespratiques.com

Mercredi 13 Décembre 2006