vacances pratiques


Version imprimable

Le retour du morbide




On a beau dire, on a beau faire, l’homme aime le noir, le triste, le sombre. Une façon comme une autre de penser que le « ça n’arrive qu’aux autres » est plus que jamais d’actualité. On connaissait les visites guidées de Tchernobyl, les campings en bordure de centrale nucléaire, comme à Hamm-Untrop en Allemagne, voilà qu’il faudra faire avec le Bengladesh et l’Irak. Deux sites où l’on garantit du cadavre quotidien. Du bien gore pour touristes amateurs de viandes fraîchement tuées.

L’annonce parue aux Etats Unis a de quoi faire froid dans le dos: «Venez vivre une grande catastrophe naturelle». Et en détail, le tour opérateur californien explique que pour comprendre le monde: «Il faut en vivre les approches les plus dramatiques, les moins roses». Le prospectus ne fait pas dans la dentelle: «Oubliez les plages et le ciel bleu, le vrai monde est rouge. Rouge sang! ». No comment. Et pour moins de 6000 $, le catalogue de ce voyagiste vous conduit au Bangladesh ou en Irak, un pays ou l’on peut garantir aux "touristes": «Un attentat tragique par jour pour comprendre la bataille que se livre l’orient et l’Occident ». Mais le pire n’est jamais loin. Fort de sa position face à la peine de mort, le Texas a décidé de faire visiter la prison de Huntsville, là ou sont exécutés les condamnés à mort. Le circuit passe par la cellule d'attente du condamné et se termine par la salle de mise à mort. Un mannequin joue le rôle du prisonnier et ce sont trois visiteurs qui pousseront les boutons qui déclenchent les injections. Difficile de faire pire ? Et si, pourtant. En Inde, un jeune entrepreneur a créé un circuit dans les mouroirs de Calcutta et promet que "Chacun vivra au plus profond de soi les derniers moments de ceux et celles installés là pour mourir". Sympathique.
Il parait que ce type de visite tient aussi du voyage. Plus réaliste, plus en accord avec la conscience du monde. Moins bleu, moins vert, moins rose. Trois couleurs que l'on se met vite à aimer. Le voyage source d'optimisme, moi c'est celui que je préfère.

Marcel Lévy
ml@vacancespratiques.com

Dimanche 18 Novembre 2007