vacances pratiques


Version imprimable

Le prix du soleil




Avec ce temps de chien sur le nord de la France, le Sud connaît un succès sans précédent. Impossible de trouver une chambre d’hôtel, une place de camping, un gîte ou un hébergement chez l’habitant. Et la tendance devrait s’amplifier avec l’arrivée des aoûtiens. Revers de la médaille, les prix flambent et les excès sont nombreux. De quoi transformer les vacances en gouffre financier.




Une « dernière chambre », après 19 heures, dans un deux étoiles niçois sans charme ni âme, le long d’une avenue bruyante, peut coûter aujourd’hui jusqu’à 180 euros. La demande est forte. Les prix explosent. Pas moins de 11 € le sandwich jambon dans un cabanon sur la plage de Juan les Pins, 9€ le café à Cannes, la liste des exemples de ce type est longue. Longue et classique car le sud de la France, véritable tirelire touristique, est coutumière de ces observations. Mais ne croyez pas que les prix soient meilleurs en Italie ou en Espagne. Pour la seconde fois, dans ces deux pays méditerranéens, les associations de consommateurs tirent la sonnette d’alarme face à l’explosion tarifaire dans les zones touristiques. Eux aussi ne manquent pas d’exemple : 17 € le sandwich dans une station service à l’entrée de Marbella. 11 € le café à Barcelone sur les Ramblas. Sans oublier le meilleur pour la fin : 35€ un plat de saucisses/frites dans un relais routier en Andalousie. Idem en Italie ou Venise gagne le gros lot : 22 €, un café et un verre d’eau Place Saint Marc, après 21 heures ! Il est certain que les Bretons comme les Aquitains, vicitimes d’un temps maussade et incertain, sont loin de tels tarifs. Reste que si l’on peut souligner ces faits, cela n'y changera rien. Le soleil est le moteur des vacances et les prévisions à court terme restent peu optimistes pour le nord du pays. De la à voir exploser les prix, il n’y a qu’un pas. Aisément franchi, semble t-il !

Marcel Levy.
ml@vacancespratiques.com

Mardi 24 Juillet 2007