Le prix de la liberté

Faut-il ou non aller en Mauritanie ? A quelques jours de l’annulation de la course Paris-Dakar, la question se pose pour les voyageurs et les tours-opérateurs. L’un d’entre eux, la Balaguère, TO pyrénéen spécialisé dans la randonnée, a résolu le problème et a choisi, avec ses partenaires mauritaniens sur place, ainsi qu’avec son transporteur Le Point Afrique, de maintenir la destination Mauritanie dans la programmation de ses circuits, en laissant le libre choix à ses clients d’annuler ou de reporter éventuellement leur voyage. Les annulations ou les reports ne donnant lieu à aucun frais.



Loin d’être des têtes brulées, les dirigeants de La Balaguère motivent leur décision par un certain nombre d’arguments (différence de zone géographique entre les attaques et les circuits, encadrement des groupes de voyageurs par des équipes de mauritaniens francophones originaires de la région et connaissant parfaitement les lieux, un assureur qui confirme sa garantie pour les voyages en Mauritanie…). Ils poursuivent en expliquant que « l’activité touristique est l’unique activité économique dans cette région. Les populations locales s’appuient sur ces retombées pour vivre et au regard de leurs besoins et leurs attentes, le TO ne peut pas rompre cet engagement, alors que dans cette zone, aucun incident ne s’est produit. »
L’engagement est courageux. D’autant qu’on ne peut accuser la Balaguère d’un quelconque intérêt économique. Les touristes seront en effet peu nombreux à se rendre sur place. Il a le mérite de poser une question, celle de la liberté de choix et de la responsabilité de chacun.
Mais, et c’est peut-être le plus important, cette décision ne dit pas autre chose que « nous ne cèderons pas ». Nous ne cèderons pas à la peur ni aux pressions de groupuscules terroristes qui entendent faire régner leur étendard obscurantisme sur la région. Car si nous cédons aujourd’hui en Mauritanie, nous cèderons demain partout.
Cela mérite d’être salué.

Stéphanie Clément
scg@vacancespratiques.com


Mardi 8 Janvier 2008

pub
pub