Le nerf de la guerre



Pas de doute, c’est le nerf de la guerre, l’arme ultime de séduction des touristes : après Pékin, Shangai a promis de faire de gros efforts et de renouveler avant 2010 quelques 5200 installations. Mais de quoi parle t- elle ? D’éléments essentiels au confort des visiteurs : les toilettes publiques !

Ne faisons pas nos mijorées : lorsqu’il s’agit de satisfaire un besoin pressant, la plupart des touristes cherchent un hôtel ou un restaurant et, dans le monde entier, on évite généralement comme la peste de fréquenter les toilettes publiques. En France y compris. Las, même dans les villes les mieux fréquentées, ces endroits là ne sont pas toujours dans l’état du meilleur entretien, loin s’en faut. Les aéroports de la planète entière ont fait des efforts salutaires, on ne peut pas en dire autant des capitales. L’an dernier, à l’occasion des JO, Pékin avait mené une campagne dont le résultat, 6 mois après, a déjà subi les outrages de l’usage me dit-on. Cette fois Shangai s’y met avec l’engagement de rénover plus de 5.000 petits endroits avant l'exposition universelle de 2010, concédant que les toilettes publiques n'étaient pas le point fort de l'accueil des touristes en Chine. En France, et à Paris en particulier, tout n’est pas toujours aussi frais et net qu’on pourrait le souhaiter, même dans les fameuses cabines automatiques de la voie publique, qui laissent d’ailleurs si souvent les étrangers perplexes. Allez, ce n’est pas grave : une petite expo universelle au programme, et il n’y paraîtra plus !

Annie Fave

Mercredi 25 Février 2009
pub
pub