vacances pratiques


Version imprimable

Le froid appelle le chaud!


Alors que les premières températures commencent à baisser en France, on voit fleurir dans les métros, sur les bus ou dans les magazines les premières publicités pour les destinations "soleil" de l'hiver. Comme chaque année, Punta Cana ou les Caraïbes françaises tiennent le haut du pavé suivi de près par des destinations plus lointaines comme le Kenya, Bali ou l'Afrique du Sud.



Le sentiment général de reprise économique laisse augurer d'un hiver plutôt bon en matière de voyages. On sait déjà, et les tour-opérateurs ne s'en cachent pas, qu'il y aura sur le marché des produits à deux vitesses. D'un côté une offre industrialisée, conçue à la chaîne et sans originalité forte mais qui saura trouver le bon prix pour attirer le client. De l'autre, plus d'imagination, d'authenticité et de contenus attractifs mais à des prix nettement plus élevés. Il est intéressant de noter que la production industrielle, qui offre par exemple Punta Cana à moins de 890 € toutes taxes comprises, donne aujourd'hui le ton du voyage de luxe. On le voit bien à Bali comme aux Maldives, où les tarifs des les hôtels quatre ou cinq étoiles, souvent de grande qualité, sont de plus en plus raisonnables. Idem pour le transport aérien. Malgré une annonce autour de la hausse des tarifs d'environ 4,5 % pour 2011, ce sont encore et toujours les promotions qui fleurissent sur le marché des vols long courrier.
En ce début d'hiver on peut atteindre le bout du monde pour moins de 700 € TTC aller-retour. De quoi donner des idées. Et celle qui vient immédiatement à l'esprit, c'est cette tendance que nous avons déjà évoquée ici : le self Travel. Au Canada, comme aux États-Unis c'est presque devenu un jeu que d'assembler son propre voyage à partir des tarifs les moins chers trouvés sur Internet. Le tout, sans perdre en qualité. Bien au contraire. Cette tendance naissante en Europe commence à toucher l'univers des baby-boomers, fortement informatisés, et qui en arrivant à la retraite ont largement le temps de se pencher sur leurs prochains voyages. Ces traqueurs de bon prix, souvent connaisseurs des destinations qu'ils veulent revoir en prenant leur temps, pourraient en apprendra à la plupart des agences de voyages. Ils ne s'en privent pas d'ailleurs car s'ils aiment choisir et préparer leurs voyages, ils veulent utiliser l'agence pour conforter leurs choix et valider leurs décisions.
Voilà donc les prémices de la prochaine révolution qui s'annonce. Les nouveaux "seniors" sont curieux, connaisseurs, prêts à voyager en tribu et organisateurs de séjours. Un vrai métier pour les nouveaux retraités.

Hélène Retout

Vendredi 15 Octobre 2010