Le coup du Père Noël



A presque un mois des fêtes de fin d’année, la France commence à chantonner des airs de Noël, à réagir aux illuminations urbaines écologiques et à se préparer aux campagnes internationales contre le foie gras. Le 24 décembre prochain, vers minuit, le premier voyageur à avoir réussi le tour du monde en moins de 13 heures (décalage horaire oblige) abordera l’hexagone avec une hotte qui, selon les experts, sera plutôt bien remplie… Mais de quoi ?


Si l’on en croit les analystes économiques et politiques, 2007 ne sera pas l’année des cadeaux illimités. Le faible pouvoir d’achat fait l’actualité quotidienne et force est de constater que l’Euro a plus que bousculé le Franc, au point de rendre quasi inaccessible des produits pourtant essentiels. Pensez qu’aujourd’hui un touriste américain paye en moyenne 6 euros (39 F) son sandwich… Les guides publiés en 1998 aux Etats-Unis parlaient alors de 8 F en boulangerie et de 14 F dans une petite brasserie. Il en va de même pour des cafés vendus 3,40 € (22,27 F) au comptoir contre 4 F avant l’Euro.
C’est ce constat qu'ont dressé des économistes européens du voyage réunis la semaine dernière en Belgique. Première observation, l’Europe des Vacances devra s’habituer à vivre entre la zone Euro et les pays qui ont « eu la chance » de ne pas y être passé. Autre remarque : il y aura des pays « tiers-mondistes » en terme de tourisme, c’est-à-dire connus pour avoir un change favorable face à un euro fort. C’est quasiment le cas aujourd’hui des Etats-Unis avec 1,49$ pour un euro. Enfin, et c’est le plus intéressant, le voyage risque de devenir un cadeau comme un autre proposé par cotisation volontaire d’une famille à un enfant, d’un groupe d’amis à l’occasion d’un anniversaire… Les idées ne manqueront pas. Reste qu’il va falloir convaincre le Père Noël de jouer les Muriel Robin au restaurant. Qui va donner quoi et combien? Bonjour les soirées surprises.

Marcel Lévy
ml@vacancespratiques.com

Mercredi 28 Novembre 2007
pub
pub