vacances pratiques


Version imprimable

Le client, le client !




Avez vous jamais fait l’expérience de vous promener dans un avion avec un centimètre en mains ? La tête des hôtesses ! Eh bien c’est ce que va faire prochainement l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA). Objectif : vérifier l’écartement entre les sièges. Elle envisage d’imposer des normes "pour des raisons de sécurité". Ouf ! On va peut-être enfin pouvoir bouger les jambes !!


Savez vous comment les habitués des vols Paris-Fort de France appellent les avions de l’ex-compagnie nationale sur cette ligne ? La bétaillère ! Et effectivement, au regard de l’entassement des passagers dans la carlingue, on se sent parfois comme des veaux allant à l’abattoir. Encore que : pour des raisons d’humanité, il y a des normes pour limiter l’entassement du bétail. Pas dans l’avion ! La seule règle imposée jusqu’ici par l’Union européenne, c’est que l’avion puisse être évacué en moins de 90 secondes. Evidemment, pour y arriver, il faut qu’il y ait juste un tout petit peu plus que l’épaisseur du genou entre le dossier du passager de devant et celui qui le suit. On se tortille et hop, çà passe. Enfin presque, parce que sur certains vols de compagnies low-cost ou même des longs courriers pas du tout pas cher, on tasse, on tasse. Une rangée de siège rapporte, et la tentation est grande de transformer un avion en meilleure caisse enregistreuse !
La réforme envisagée pourrait donc porter sur un écartement minimum obligatoire, à la fois pour faciliter les évacuations rapides et limiter le fameux syndrome de la classe économique, ces thromboses des passagers confinés trop longtemps dans des espaces réduits. Aujourd’hui, pour faire les exercices recommandés pour l’éviter, la thrombose, il faut être contorsionniste ! Le client va donc peut-être être replacé au cœur de la préoccupation des transporteurs. Une bonne nouvelle, non ?

Annie Fave
af@vacancespratiques.com

Mercredi 20 Juin 2007