vacances pratiques


Version imprimable

Las Vegas européen




Trente-deux hôtels-casinos, des parcs d’attractions, un golf, un hippodrome, un centre de congrès, une salle d’opéra, des musées, des quartiers résidentiels….. La ville de loisirs qui s’annonce en plein désert aragonais promet ! Un vrai Las Vegas européen en Espagne. Une pure merveille en terme de projet économique et financier, pas de doute: 17 milliards d’euros d’investissements, pas moins. Mais en pleine période de réflexion sur l’équilibre entre écologie et tourisme, il y a vraiment beaucoup de questions…..

Le projet sera présenté officiellement le 12 décembre prochain à Saragosse, mais les grandes lignes du gigantisme sont connues. Le projet est porté par un consortium d’investisseurs International Leisure Dévelopment, basé au Royaume-Uni, qui veut créer une « ville de loisirs intégrée pour tous les âges », dans le désert de Los Monegros, à environ une heure de route de Saragosse en Espagne. Le projet est énorme, sur 2000 hectares, avec la desserte par deux routes à 3 voies, un tramway, etc etc. De quoi ravir le gouvernement aragonais: le projet porte quelques 30000 créations d’emplois, une vraie manne pour une région d’1,2 millions d’habitants.
Mais. Oui : mais ! Car les questions sont multiples. Par exemple le parc d’attraction Spyland. Il devait d’abord s’implanter à Dubaï, où le projet a été gelé. Puis en France, où il n’a pas abouti. Le désert espagnol est donc plus propice ? Et quelle idée d’implanter un parc aquatique, Acquantica, en plein désert ? Certes, Las Vegas a montré le chemin, mais à une époque où le souci de l’environnement était pour le moins mineur voire absent. En 2007 on a une idée bien précise, et en Espagne en particulier, des conséquences écolo de la présence touristique ! Chaque année, les environnementalistes s’inquiètent des pompages d’eau créés par les présences des stations sur les bords de la Méditerranée, et les Portugais se plaignent des prélèvements d’eau espagnols sur des réserves partagées. Même si les machines à sous et autres équipements électriques étaient fournis en électricité par des éoliennes ou du solaire, quid de l’eau ? Pas de doute, les chèvres espagnoles ont de beaux jours devant elles…. Si elles ne doivent pas être remplacées par des chameaux. Autrefois on bâtissait des chateaux en Espagne, désormais, ce sont des Las Vegas.

Anne Le Goff
alg@vacancespratiques.com

Lundi 3 Décembre 2007