vacances pratiques


Version imprimable

La tragédie indienne




Des centaines de morts, des lieux fréquentés à la fois par les touristes et les hommes d’affaires incendiés, une ville marquée au fer rouge… La tragédie qui vient de se terminer à Bombay risque d’être suivie par une deuxième, économique, si la peur s’installe durablement vis à vis de l’Inde. Faut-il encore y aller ?

Les lèvres qui tremblent par l’émotion mais le regard clair, une jeune fille blessée lors du mitraillage d’un café à Bombay tenait à le dire aux journalistes « Partir, c’est laisser gagner les terroristes. Je reviendrais de toutes façons en Inde, je reviendrais ». Sa détermination force l’admiration… et laisse chacun s’interroger : si j’ai l’occasion ou l’obligation de me rendre à Bombay, ces prochains temps, monterais-je dans l’avion ? La même question se posait pour l’Egypte, après chacun des attentats, pour New York après le 11 septembre, au Maroc après les bombes. A chaque fois, c’est l’extrémisme et le terrorisme qui marquent des points si on renonce ensuite au voyage sur ces destinations. Mais chacun a une famille, des obligations, et il faut bien le reconnaître, la peur peut gagner ! L’Inde, en pleine bourrasque face à la crise financière, a réalisé cette année près de 6% de son PIB avec le tourisme, près de 20 millions de personnes en vivent. Aux Etats Unis, plusieurs associations de voyageurs invitent à la prudence avant de réserver un hôtel Oberoi ou Taj. Quelle indécence ! Quel bêtise de marquer ainsi des chaînes connues pour leur qualité. Quel drame que l’on puisse ainsi lancer un boycott de fait dans un pays qui se veut celui de la liberté ! Et quel dilemme, et quelle tragédie bis si, massivement, les touristes renoncent à l’Inde…

Annie Fave
af@vacancespratiques.com

Dimanche 30 Novembre 2008