vacances pratiques


Version imprimable

La terre, un luxe qui s’achète à coups de millions




Protection de l’environnement ou goûts de Nabab ? De plus en plus de milliardaires investissent dans des milliers d’hectares à travers le monde, pour en faire des sanctuaires dédiés à la protection de la nature. Au risque de se mettre à dos les populations locales.

Acheter de la terre pour la protéger, voilà un nouveau créneau pour milliardaires. Ce mouvement a été souligné dans un récent article du Figaro, évoquant la démarche de l’Américain Douglas Tompkins, fondateur de la marque Esprit. Aujourd’hui retiré des affaires, il investit en Argentine pour y préserver l’environnement. Douglas Tompkins s'est également offert des fjords déchiquetés sur les côtes de Patagonie, il a acheté des forêts plantées sur les pentes des volcans au Chili et crée partout des parcs publics ou privés, embauchant des experts pour y développer des projets d’écotourisme. Son luxe, c’est de préserver la nature. Et de ce fait, de la réserver à quelques hôtes prêts à payer cher pour ce moment privilégié. La démarche, pour respectable qu’elle soit, n’est pas sans susciter des remous. Des députés argentins sont montés au créneau pour réclamer la fin des sanctuaires privés, qui renchérissent la terre et en empêchent l’exploitation par les paysans locaux. C’est la guerre des philanthropes contre les agriculteurs, car la démarche du bienfaiteur n’est pas unique, elle a même été initiée par des associations dès le début du XXème siècle. Gordon Moore, le cofondateur d'Intel, a lancé une fondation qui protège la vallée de la Madre de Dios au Pérou. Le WWF, notamment, regroupe les militants pour leur permettre d’acheter collectivement des espaces en danger. Il reste à savoir ce que deviendront les populations locales, si les projets ne développent pas pour elles des initiatives économiques parallèles. C’est toute l’ambiguïté de notre planète aujourd’hui : la protéger, tout en favorisant le développement économique et culturel des populations qui l’habitent. Et sa découverte par tous !

Annie Fave

Jeudi 28 Janvier 2010