vacances pratiques


Version imprimable

La recette de l’écolo




Impressionnant ce que l’écolo fait recette. Une lessive s’affiche «green» actuellement en 4x3, Monoprix rachète Naturalia en pariant sur l’extension du bio, les voyages sont tous "équitables", "responsables" et tout et tout. Effet «Grenelle de l’environnement» ou pari du marketing ? Parce que dans la réalité, les clients rechignent à payer la bonne conscience écologique !!

On peut dire que les bonnes idées sont légions. Et compenser pour voyager en est une, le principe est simple. Et imaginer qu’un arbre sera planté à Madagascar ou au Sahel, cela donne meilleure conscience au pollueur voyageur, en tous cas virtuellement. Et maintenant, la plupart des compagnies aériennes, la SNCF ou les tour-opérateurs se sont mis à proposer des calculateurs en tous genres pour estimer le CO2 produit et permettre de le «racheter» auprès de la planète. A l'heure des grandes vacances, force est de constater que l'iIdée est louable. Mais le premier à s’être jeté dans le grand bain, Voyageurs du monde pour le nommer, a vite déchanté : à peine 1% de ses voyageurs ont compensé, au point qu’il a choisi, carrément, d’imposer et d’intégrer la compensation dans ses prix. Radical. Mais tous ceux qui sont restés au volontariat ne peuvent que le constater : la compensation ne fait pas recette, y compris à la SNCF. Ainsi pas moins de 65% des voyageurs se disent près à compenser leurs voyages en train, selon la TNS Sofrès pour voyage-sncf.com. Mais 3000 ont mis la main au portefeuille sur le site, pour 5,5 millions de voyageurs !
Alors pourquoi ? Peut-être la cacophonie : alors que les « calculateurs » de CO2 sont présentés comme fiables et scientifiques, à y regarder de plus près il y a de sacrés différences. Pour un même Paris-New York, l’estimation va de 1 à 3 tonnes d’équivalent de CO2 selon les cas, et le prix à payer va de 15 à 75 €. Une paille ! De plus les voyageurs manquent souvent d’infos sur les réalisations effectives, et s’inquiètent de « compenser » en vain voire de nourrir des escrocs. Désagréable. Résultat, manque de sensibilisation, manque de transparence, les mêmes causes provoquent les mêmes effets : dans le doute, abstient toi ! On boude, on se méfie, on s’inquiète bref,… on stagne !

Annie Fave
af@vacancespratiques.com

Vendredi 4 Juillet 2008