La pub au fond des bacs



Nos amis d’outre-Atlantique ne sont jamais à court d’idées originales. Dernière en date, une initiative qui concerne les aéroports américains : l'administration américaine autorise désormais les aéroports à afficher de la publicité au fond des bacs en plastique utilisés pour les fouilles avant l'embarquement. Ainsi, les caisses en plastique où sont habituellement déposées vestes, portables, chaussures et j’en passe, deviendront également demain les réceptacles de publicités diverses et variées.

Objectif affiché : Gagner de l’argent, pour limiter le coût que représentent les postes de contrôle (un budget annuel de 250.000 dollars). Pourquoi pas. Sauf que je m’interroge sur l’efficacité d’une telle opération. Pour avoir passé ce type de contrôle un certain nombre de fois, je me dis que l’objectif est plutôt de récupérer au plus vite ses affaires que d’observer le bac au fond des yeux pour connaître en détail le message publicitaire qu’il véhicule. Mais bon. Si les Américains pensent que l’idée est bonne, je me dis aussi qu’elle doit être exportable chez nous. Exportable et développée. Et les possibilités sont nombreuses… Des douaniers transformés en hommes sandwichs, un leaflet de pub glissé entre les pages du passeport, une voix sulfureuse qui vante les mérites de tel ou tel produit lors du passage sous le portail de sécurité… Imaginez : un embarquement à 6 heures du matin au T2 de Roissy. Vous, en chaussettes, le pantalon au bas des chevilles (parce qu’on aura exigé que vous retiriez votre ceinture) et une voix langoureuse qui vous susurre : « Avec Weetabix, la journée commence en beauté »… çà donne envie, non ? Et allons plus loin : puisque nous sommes dans un aéroport, autant travailler les cibles potentielles que représentent les voyageurs et utiliser leur temps de cerveau disponible au moment du passage à la sécurité. Ainsi, pourquoi ne pas imaginer de diffuser des publicités uniquement liées à l’univers du voyage. Du genre : « Avec la compagnie Machinchose, l’île Maurice vous attend pour 350 euros »… Tip top. Avouez que la perspective laisse songeur…
D’un autre côté, si cet apport substantiel d’argent frais pouvait favoriser l’amélioration des services au sein des aéroports parisiens, je suis pour ! Vite, un autocollant pour le portique en panne ! Et hop, une affiche sur le scanner des bagages. Si la pub pouvait leur donner les moyens de se multiplier….

Stéphanie Clément
scg@vacancespratiques.com


Samedi 13 Janvier 2007
pub
pub