L’Europe à la traîne

Et pour combien de temps ? Combien de temps encore avant que l‘Union ne se décide enfin à introduire massivement les nouveaux passeports biométriques qui permettront de continuer à voyager sans visa aux Etats-Unis.



Si l’on en croit les dernières déclarations du Commissaire Européen à la Justice, Franco Frattini, le changement n’est pas pour demain et l’heure est plutôt à l’obtention, auprès des Etats-Unis, d’un délai supplémentaire durant lequel il sera toujours possible d’utiliser les passeports classiques. La Slovénie et les 15 anciens pays membres de l'UE, à l’exception de la Grèce, se sont déjà vu accorder deux délais supplémentaires. Les citoyens de la Pologne, de la Hongrie, de la République Tchèque, de la Slovaquie, de la Lettonie, de la Lituanie, de l‘Estonie, de Chypre, de Malte et de la Grèce doivent encore présenter un visa à leur entrée sur le sol américain, même s'ils n'y restent que quelques jours ou quelques semaines. Face à une situation qui s’enlise, la politique de Washington agace. A un point tel que la Commission Européenne a déjà menacé les Etats-Unis de mesures de "réciprocité", comme l'imposition de visas aux Américains se rendant dans ces pays, si cette situation n'évoluait pas. Une grogne compréhensible mais dangereuse. Car la question se pose. N’est-il pas préférable d’accéder pour cette fois aux demandes des Américains et d’en finir avec ce fameux passeport plutôt que de proférer des menaces à deux sous dans l’espoir de glaner quelques malheureux jours ? Bien sûr, au cours de l’histoire, les politiques isolationistes et sécuritaires poussées à l’extrème n’ont jamais été dans le sens de la bonne marche des choses et il n’est pas question ici de cautionner toutes les inventions de Georges Bush et de ses équipes. Mais ce roman fleuve n’a que trop duré. Il ne sert à personne et c’est désormais un fait acquis, il ne favorise ni les échanges, ni le tourisme.
Stéphanie Clément
scg@vacancespratiques

Vendredi 30 Juin 2006

pub
pub