Jamais sans mon fils!



Dur dur, la vie de voyageur : il faut vérifier son billet, lire les pancartes, compter et recompter les valises, enregistrer les bagages et parfois changer de vol… Une sinécure ! Tant et si bien qu’une petite famille a laissé sur le tarmac de Vancouver un bambin de 2 ans, même pas affolé.

La famille a pour elle bien des excuses : ce n’est pas un voyage d’agrément qu’elle a entrepris en venant des Philippines au Canada, mais un très long séjour, dans le projet d’immigrer définitivement dans un pays gourmand en main d’œuvre. Des valises, il y en avait donc plusieurs. Et même tellement qu’il y avait un net surpoids pour le vol intérieur vers Winipeg, ce qui a obligé à une réorganisation des bagages. Il n’y avait plus que quelques minutes pour s’enregistrer et attraper la correspondance, si bien que les membres de la famille se sont séparés pour régler les formalités et se sont retrouvés éclatés dans l’avion. Le père croyait que son fils était avec sa femme et les grands-parents du bébé. Mais ceux ci pensaient l’inverse. Et comme le gamin voyageait sur les genoux, personne pour signaler qu’il manquait un passager à l’appel, il n’y avait pas de billet à son nom.
A l'aéroport, difficile d’identifier le bout’chou. Finalement la compagnie Air Canada a eu la bonne intuition : compte-tenu du timing serré, les parents étaient dans l’avion de Winipeg. Dès l’appareil posé, le père a été remis dans le premier vol vers Vancouver pour retourner chercher le fiston… Qui, lui, s’est bien amusé avec le personnel, aux petits soins, qui avait déniché des jouets pour l’occuper. Trop cool !
Moralité, en voyage il faut toujours munir un enfant d’une étiquette à son nom, même si on n’est pas censé le lâcher ! Et, éventuellement, éviter les bagages trop lourds…. Où alors c’est que vous l’avez fait exprès. Parents indignes !

Annie Fave
af@vacancespratiques.com

Mercredi 14 Mai 2008
pub
pub